/lifestyle/columnists
Navigation

Comment fonctionnent les relations homme/femme ici?

Coup d'oeil sur cet article

Je suis arrivée au Québec, en direct de la ville de Bordeaux en France, il y a un an. J’aimais le Québec pour y être venue en vacances deux ans auparavant et avoir vécu un véritable coup de foudre pour lui. Toujours est-il qu’ayant gardé certains contacts ici et que les braises de mon coup de foudre ne s’étant pas éteintes, lorsqu’un poste en informatique s’est ouvert dans une entreprise franco-québécoise, j’ai postulé. Et je l’ai obtenu. J’ai eu aussi la sublime chance que l’entreprise qui m’a embauchée s’occupe pour moi de toutes les tracasseries administratives. Ce qui m’a laissé tout le temps de m’occuper à m’installer dans un coquet logement du Plateau où vraiment tout me plaît.

Une chose cependant ne fonctionne pas comme prévu. J’ai un problème avec les hommes québécois. J’ai beaucoup de difficulté à décoder leur langage en matière amoureuse. Je ne sais jamais si j’ai affaire à quelqu’un qui veut juste une histoire d’un soir ou quelqu’un de plus sérieux. Comment savoir si je dois accepter une proposition à prendre un verre quand je sens que ça va signifier que je devrai aller au lit ensuite sans qu’il y ait de lendemain? Un homme qui veut juste flirter quoi?

Personnellement je n’ai pas l’habitude de prendre l’initiative d’une relation, mais j’ai été éberluée de constater qu’ici, les filles ne se gênent pas pour prendre les devants et même inviter directement un garçon dans leur lit, dès la première rencontre. Alors qu’en France, c’est l’homme qui prend l’initiative avec la femme qu’il souhaite. Donc c’est lui qui démarre le flirt. Je ne suis pas prude loin de là, mais comme les relations superficielles ne m’intéressent pas, que j’aime prendre mon temps pour connaître un homme avant de m’engager, j’aimerais que vous m’aidiez à comprendre l’approche amoureuse telle que vécue ici.

Une française qui voudrait s’intégrer

Je pense que le temps devrait vous aider à décoder le langage des relations amoureuses d’ici, qui somme toute, est assez simple. Mais voici certaines notions à intégrer pour vous faciliter l’apprentissage. La société québécoise est une société matriarcale. La femme qui tenait les cordons de la bourse dans les foyers d’autrefois même si c’était l’homme qui gagnait l’argent, a pris l’initiative des relations amoureuses à partir de la révolution féministes des années 60.

Le flirt à la manière française n’existe pas ou peu ici. Cela parce que les hommes marchent sur des œufs avec les femmes tant ils craignent de paraître trop entreprenants s’ils montrent clairement leur intérêt. C’est une perte je l’avoue, mais je reste convaincue que si un homme vous plaît et que vous utilisez les subtilités propres à la culture de séduction de votre pays d’origine, il s’en trouvera un pour répondre de manière aussi subtile.