/news/society
Navigation

Les utilisateurs du télésiège frôlent le sol

Depuis de début de l’année, il est tombé 527 centimètres de neige sur la station de ski du Mont-Comi

mont-comi
Photo courtoisie Germain Barrette La fin de semaine dernière, Denis St-Onge, directeur de la patrouille au parc du Mont-Comi, pouvait discuter avec des skieurs assis dans le télésiège, en raison de la présence importante de neige cette année.

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-DONAT-DE-RIMOUSKI | Il a tellement neigé dans le Bas-Saint-Laurent que les skieurs du parc du Mont-Comi peuvent discuter pratiquement les yeux dans les yeux avec les gens assis dans le télésiège.

Sur une photo prise le week-end dernier, on aperçoit clairement le directeur de la patrouille du centre de ski, Denis St-Onge, pratiquement à la même hauteur que deux skieurs assis dans le télésiège.

Les employés du parc du Mont-Comi, situé à Saint-Donat-de-Rimouski dans le Bas-Saint-Laurent, n’ont jamais rien vu de tel en 20 ans.

«En plus, habituellement, on peut skier sous le télésiège, mais actuellement c’est impossible parce qu’il y a trop de neige», lance Valérie Belleau-Arsenault, directrice des communications au parc du Mont-Comi.

Le télésiège est conçu pour qu’il y ait un minimum de quatre mètres entre le sol gazonné et les pieds des utilisateurs du télésiège, pour des raisons de sécurité.

Trois mètres de neige

La direction estime donc qu’il y a plus de trois mètres de neige à l’endroit où la photo a été prise, un endroit qui n’est pas damé et qui permet donc à la poudreuse de s’accumuler davantage que dans les pistes. La photo a été prise dans la deuxième portion de la montée, mais encore loin du débarcadère où le télésiège est plus proche du sol pour permettre aux skieurs de débarquer.

Depuis le début de l’année, il est tombé 527 centimètres de neige sur la station de ski.

«C’est exceptionnel cette année, on ne pouvait pas souhaiter mieux. La saison a commencé tôt en décembre et les amateurs de poudreuse sont servis. On a utilisé la moitié moins les canons à neige cette année», ajoute Valérie Belleau-Arsenault.