/news/politics
Navigation

Disparition de Sainte-Marie-Saint-Jacques: la communauté LGBT monte aux barricades

La députée solidaire, Manon Massé
Photo d'archives, Simon Clark La députée solidaire, Manon Massé

Coup d'oeil sur cet article

La communauté gaie, lesbienne, bisexuelle et transsexuelle plaide pour le maintien de la circonscription montréalaise de Sainte-Marie-Saint-Jacques afin de préserver sa voix auprès des décideurs publics.

La population LGBT lance un cri du coeur au Directeur général des élections, qui doit seller le sort du comté de la députée solidaire Manon Massé dans les prochains jours.

«Si une communauté marginalisée a su bénéficier du concept de communauté naturelle propre aux principes qui vous guide dans la délimitation des circonscriptions, c'est bien la population lesbienne, gaie, bisexuelle et transsexuelle. Cette circonscription s'inscrit au cœur même de notre existence», soutient Steve Foster, le président de la Chambre de commerce LGBT du Québec.

Victimes de «brutalité policière» à une certaine époque, les gais et lesbiennes ne pouvaient se fier que sur leur député pour porter leur voix, rappelle-t-il, dans une lettre acheminée au DGEQ. «Et croyez-moi, ce n'est pas les autres élus des circonscriptions avoisinantes de Sainte-Marie-Saint-Jacques qui ont porté à l'Assemblée nationale du Québec le dossier sur l'Union civile et les droits de filiation», insiste-t-il.

La directrice générale du Conseil québécois LGBT, Marie-Pierre Boisvert, a tenté en vain de faire valoir son point de vue auprès de la Commission de représentation électorale. Elle s'est butée à une porte fermée. Elle signale que la concentration de personnes LGBT dans Sainte-Marie-Saint-Jacques est la plus importante au Québec.

«S'il y a un morcellement de la carte électorale, ça va faire en sorte que nos enjeux soient dilués dans d'autres enjeux et que notre voix, finalement, en vienne à être effacée», dénonce-t-elle.

Le DGEQ suggère la disparition de Saint-Marie-Saint-Jacques, un des rares comtés représentés par Québec solidaire, qui serait fusionné avec le château-fort libéral de Westmount-Saint-Louis.