/opinion/columnists
Navigation

Au nom du père et du fils

Coup d'oeil sur cet article

Cette semaine, une seule plainte aura suffi à souffler presque un siècle d’histoire à l’hôpital Saint-Sacrement, le Canada est une maison sans portes et le RTC joue dur avec ses chauffeurs. Voici mon top 3 de la semaine!

1. LA CROIX
Photo Simon Clark

Une seule plainte et les cravatés du CHU ont rampé comme des chiens battus pour enlever le crucifix de l’hôpital Saint-Sacrement, installé depuis la fondation en 1927!

Ils sont le reflet de la température ambiante: le petit serviteur public prend la couleur de la tapisserie, quitte à javelliser l’Histoire.

Qu’est-ce qu’on fera quand des radicaux déclareront une guerre à Noël, comme certains le font aux États-Unis?

Ce crucifix n’était pas un objet de culte, mais plutôt un rappel de l’histoire. Après avoir jeté l’Église par-dessus bord, on dirait parfois que le Québec aimerait se déraciner.

La neutralité religieuse est une chose, le respect de soi-même en est une tout autre.

2. PORTES OUVERTES
PHOTO MATTHEW USHERWOOD

L’ex-premier ministre français Michel Rocard avait le mot juste: «La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde.»

Trudeau joue avec le feu. Il fait fi de l’insécurité grandissante chez sa population et se fiche solidement de la sale réputation que ces images de migrants illégaux sont en train de donner au Canada. En plus, Montréal veut se transformer en débarcadère pour illégaux alors qu’elle en compterait déjà 50 000!

À force de vouloir incarner l’anti-Trump, la classe politique verse dans l’outrance, sans égard à l’État de droit. Le multiculturalisme «hardcore» fraye dorénavant avec l’illégalité, l’arbitraire et le mépris de la capacité d’accueil.

Les conservateurs doivent d’urgence articuler une réplique sensée face à cette dérive.

3. LE MAMMOUTH
Photo Jean-François Desgagnés

La photo du chauffeur d’autobus qui dort est l’arbre qui cache la forêt. Le Réseau de transport de la Capitale est un mammouth. Une bête lourde issue d’une autre époque.

Son DG fait 250 000 $, avec 28 jours de vacances (!) et une prime de rendement de 10 %! Un boss d’un réseau d’autobus de ville gagne plus cher qu’un premier ministre du G8! On est fou ou quoi? Avec des primes au rendement en plus!

Au rendement de quoi? Le RTC est un monopole, qui attire de moins en moins de clients par-dessus le marché.

La vraie histoire n’est PAS le risque de grève, c’est l’immense plat de bonbons au milieu de la table.