/weekend
Navigation

Guillaume Pineault: ostéopathe... et humoriste

Zoofest
Photo courtoisie Zoofest Guillaume Pineault

Coup d'oeil sur cet article

Guillaume Pineault a obtenu jeudi son diplôme d’ostéopathe, lui permettant donc de pratiquer, après neuf ans ­passés sur les bancs d’école. Mais il ne compte pas s’en servir beaucoup: il préfère se consacrer à son autre ­passion, l’humour. Il parcourt ­actuellement le Québec en première partie de Phil Roy.

Guillaume Pineault a un parcours qui nous fait penser à celui de François ­Bellefeuille, qui a quitté son métier de ­vétérinaire pour faire rire les gens.

Guillaume Pineault a d’abord fait ses études en ergothérapie, puis s’est inscrit en ostéopathie. Mais à l’Université McGill, il a été invité à participer à des soirées «Talent Show», où il a choisi de présenter des numéros d’humour.

Il a eu la piqûre pour «dire des niaiseries» et a constaté qu’il était finalement un comique naturel.

«En ergo, tu fais du bien aux gens un à la fois. Mais en humour, c’est à coup de 1000 personnes», philosophe-t-il.

Faire son chemin

Il a auditionné pour l’École nationale de l’humour, mais il n’a pas été choisi. Il a néanmoins fait son chemin tranquillement et s’est inscrit à En route vers mon premier gala. Il a cumulé les prestations et les participations aux concours ici et là. Il a fait le Zoofest. Il se retrouve ­aujourd’hui à VRAK (l’émission ALT), et en première partie de Phil Roy.

«Je travaille une fois aux deux semaines comme ostéopathe, mais ça va peut-être finir par prendre le bord», dit-il en riant.

Guillaume Pineault rode actuellement son premier spectacle. Il a 90 minutes de matériel, et travaille avec Joseph St-­Gelais (Louis-José Houde).

L’humoriste ne réinvente pas la roue en abordant des sujets comme la vie de couple. Il a d’ailleurs fait un spectacle là-dessus au Zoofest, l’an dernier.

«Mais je parle des sujets à ma façon. J’ai déjà fait un numéro sur mon frère qui est sourd. (...) C’est certain que je parle de la vie de couple, j’ai été 12 ans avec la même fille. J’avais beaucoup d’anecdotes sur la rupture.»

Il se promet de mettre un numéro sur l’ostéopathie, et un autre sur ses quatre ans de waterpolo dans une équipe ­constituée d’hommes gais, et ses ­participations aux Outgames.

Se démarquer

Guillaume Pineault est conscient qu’il doit se démarquer. «Le bassin (d’humoristes) est énorme, et il y en a qui font un sprint. Ils montent en haut rapidement, et après, on ne les revoit plus. Il y en a d’autres pour qui c’est une course de fond, et moi, c’est comme ça. Je savoure chaque chose qu’on m’offre.»


♦ Guillaume Pineault présente son ­spectacle solo au Medley Simple Malt à Montréal les 14 avril (complet), 2 et 23 mai, au Zaricot à Saint-Hyacinthe le 4 mai, et au Théâtre Petit Champlain de Québec le 31 mai.