/news/health
Navigation

Elle attend l’ambulance durant 3 heures à 97 ans

La famille d’une dame qui s’est cassé une jambe déplore qu’elle ait dû patienter aussi longtemps à cet âge

Gertrude Richard
Photo courtoisie, evelyne venne Gertrude Richard, 97 ans, a dû patienter trois heures couchée par terre avec une jambe cassée. Son fils Edmond Venne a vu sa mère se tordre de douleur.

Coup d'oeil sur cet article

L’ASSOMPTION | Une dame de 97 ans qui habite seule dans son logement a dû attendre l’ambulan­ce pendant trois heures après être tombée et s’être cassé le fémur.

Gertrude Richard a perdu pied et est tombée au sol dans le salon de son logement de L’Assomption, dans Lanaudière, le 17 janvier.

Gertrude Richard, victime
Photo courtosiie, Edmond Venne
Gertrude Richard, victime

Ses enfants, qui habitent en face et en dessous de chez elle, lui ont rapidement porté secours et ont appelé l’ambulance vers 23 h 55.

«Maman était étendue par terre se tordant de douleur», décrit son fils, Edmond Venne, 69 ans.

Selon ce dernier, comme Mme Richard était consciente, la répartitrice des ambulances aurait dit à la famille qu’une attente­­ d’une heure était à prévoir­­.

Elle aurait aussi précisé de ne pas bouger la dame et de ne pas lui donner de liquides.

«Ce délai nous semblait inacceptable, mais nous devions nous résigner à la voir souffrir le martyre, étendue sur le plancher du salon», ajoute M. Venne.

Ambulance détournée

Après une heure d’attente, aucun signe des ambulances. Inquiet, Edmond Venne a appelé à nouveau et la répartitrice lui aurait dit qu’il était impossible de savoir à quelle heure l’ambulance serait­­ là.

M. Venne affirme que 45 minutes plus tard, la répartitrice lui a cette fois dit qu’une ambulance avait été détournée pour un cas d’AVC.

Finalement, vers 3 h du matin, les secours sont arrivés. C’était trois heures après le premier appel, ce que la famille trouve inadmissible en raison de la douleur et de l’âge de Mme Richard.

«Nous n’étions guère d’humeur à accueillir­­ les ambulanciers. Malgré tout, je dois souligner leur travail très professionnel. Ils n’y sont pour rien», poursuit M. Venne.

Gertrude Richard a été opérée pour réparer sa jambe cassée. La nonagénaire dit ne pas se souvenir de cette mésaventure, mais ses enfants, eux, ne l’oublieront pas.

Deux ambulances la nuit

Claude Lemay, directeur des ressources humaines et des opérations du service d’ambulances, confirme que, durant la nuit, seules deux ambulances circulent sur le territoire couvrant notamment Lavaltrie­­, Repentigny, L’Assomption, L’Épiphanie, Saint-Sulpice et Charlemagne.

M. Lemay confirme qu’il en faudrait davantage.

Les affectations des ambulances fonctionnent par priorité de cas.

Lorsqu’il s’agit d’une priorité 0, le service ambulancier va s’y rendre en quelques minutes. Plus l’état de la personne blessée est stable et sans danger pour sa vie, plus les chances sont grandes que cette personne soit prise en charge plus tard. L’âge de la personne n’est pas pris en compte.

Le cas de Gertrude Richard n’a pas été classé dans les cas urgents ou d’affectation immédiate puisque son état est resté stable. Elle aurait donc été classée priorité 4.

Aucun répartiteur du secteur ou du service d’urgence n’a voulu parler de ce cas particulier.

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.