/news/health
Navigation

Recours collectif: des consommateurs sont inquiets des effets du médicament Abilify

Simon Bergeron
Ben Pelosse

Coup d'oeil sur cet article

Le recours collectif déposé contre les fabricants du médicament antipsychotique Abilify regroupe déjà quelques centaines de consommateurs qui auraient développé des comportements compulsifs comme effet secondaire.

Jusqu'à maintenant, près de 300 personnes composent le groupe représenté par l'avocat montréalais Jeff Orenstein, un procureur spécialisé en la matière.

Le recours collectif pancanadien vise les fabricants Brystol-Myers Squibb, Otsuka et Lundbeck au nom des personnes ayant développé des comportements compulsifs comme effet secondaire du médicament Abilify, ou aripiprazole, un antipsychotique reconnu sur le marché. Le montant de la réclamation reste à déterminer.

«Nous en sommes aux premières démarches. La requête a été déposée le 12 décembre et nous attendons qu'un juge soit désigné. Ce type de recours prend du temps», explique Me Orenstein. Santé Canada confirme qu'il s'agit d'un effet secondaire rare, mais l'avocat croit que le problème est plus fréquent que l'on pense.

Le mois dernier, Le Journal a publié le témoignage d'un homme de 25 ans qui affirme que le médicament l'a plongé dans une dépendance temporaire au jeu compulsif, lui faisant perdre 25 000 $ en quelques mois.

«Je n'ai jamais été un joueur compulsif. Avec le médicament, je suis resté accroché. J'étais obsédé par ça et j'ai tout perdu», a expliqué Simon Bergeron.

L'examen réalisé par Santé Canada a identifié un lien véritable entre l'utilisation d'Abilify et un risque accru de certains troubles du contrôle des impulsions comme le risque de dépendance au jeu ou même l'hypersexualité. Une mise en garde a été publiée le 2 novembre 2015.

Prudents dans leurs analyses, des spécialistes ont expliqué qu'il y avait une base scientifique dans cette hypothèse.

Selon Me Orenstein, les fabricants ont appris bien avant l'existence d'un tel lien. «S'ils avaient averti les médecins, ils auraient fait un suivi avec leurs patients mais certains d'entre eux n'étaient pas au courant.»

À la suite du reportage, des dizaines de consommateurs inquiets se sont manifestés au Journal.

«Je me suis inscrit au recours. J'ai perdu entre 75 000 et 100 000$», a mentionné Julien Lapointe.

«Je me suis reconnu. On aurait pu mettre ma photo. J'ai perdu 25 000$ en six mois», a ajouté Normand Lamarre.

«J'ai vraiment perdu le contrôle et 10 000$», a aussi précisé Mario Sergerie.

Antipsychotique Abilify

  • Abilify est prescrit pour traiter la dépression, le trouble bipolaire et la schizophrénie.
  • Abilify a été commercialisé pour la première fois en septembre 2009.
  • Selon Santé Canada, le nombre d'ordonnances annuelles pour Ability dépassait 1 million en 2013.