/news/currentevents
Navigation

Coupables de lui avoir tiré 12 balles dans le corps

La victime, Yvon Lafond.
Photo Courtoisie La victime, Yvon Lafond.

Coup d'oeil sur cet article

JOLIETTE | Trois hommes dans la mi-vingtaine ont été reconnus coupable jeudi d’avoir assassiné Yvon Lafond de 12 balles.

Le 28 juin 2013, vers 19h30, Yvon Lafond revenait à son domicile de la rue Fontaine à l’Assomption. À peine débarqué de son véhicule, 12 balles ont été tirées sur lui, dont la majorité lui ont transpercé le dos. Selon la pathologiste qui a témoigné au procès, cinq balles ont été fatales soit quatre dans le dos et une dans la tête. Le décès de M. Lafond a été constaté moins d’une heure après son arrivée à l’hôpital.

Les 12 membres du jury n’ont délibéré que quelques heures avant de condamner Keith Henri Acelin, 24 ans, Jetro Dejala, 25 ans, et Richardson Paul, 23 ans, tous de Montréal. Ils ont été reconnus coupable de meurtre prémédité et de complicité après le fait. Ils ont été condamnés à la prison à vie sans possibilité de libération avant 25 ans.

«Justice a été rendue. Je suis très contente du verdict. J’étais convaincue de leur culpabilité. Il n’y a pas de mots pour dire ce que je ressens en ce moment», a précisé avec émotion, Manon Roussel, la mère d’Yvon Lafond, quelques minutes après avoir appris la bonne nouvelle.

Acelin, Dejala et Paul avaient été arrêtés environ cinq minutes après le crime, à bord d’un véhicule de marque Chrysler 300 de couleur gris, à trois kilomètres de la fusillade, dans la bretelle d’accès de la route 343 menant à l’autoroute 40, vers Montréal.

Le contrat de la Chrysler 300, louée deux jours plus tôt par Jétro Dejala, ainsi que des messages textes entre Gordy Joseph, un complice qui était d’âge mineur au moment des faits, Dejala et Keith Henri Acelin, dans les heures avant le meurtre, ont aussi été mis en preuve. Une de ces conversations a été captée à 18h12, à Repentigny, le soir du 28 juin 2013.

La preuve de la Couronne reposait uniquement sur une preuve circonstanciel puisque aucun témoin n’a assisté à la scène.

Appel

Le verdict rapide et unanime du jury a causé une onde de choc chez les avocats des trois meurtriers.

«C’est clair que nous allons aller en appel», a lancé Me Patrick Davis, l’avocat de Richardson Paul. De son côté, Me Danièle Roy, qui représentait Jetro Dejala, est sortie de la salle d’audience en larmes.

La Couronne, représentée par Me Éric Côté et Marc-André Ledoux, a fait entendre plus de 20 témoins durant le procès qui débuté au début de février.

Plusieurs témoins civils, dont des voisins qui habitaient près de la résidence de la victime, sont venus raconter ce qu’ils avaient vu le soir du meurtre.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.