/sports/ski
Navigation

Mondiaux de ski de fond: les Canadiens sortis du relais

Alex Harvey
Photo d'archives, AFP Alex Harvey

Coup d'oeil sur cet article

LAHTI | Avalés par les puissances norvégienne et russe qui leur ont pris un tour, les Canadiens n’ont pu compléter le relais 4 X 10 km des championnats mondiaux de ski de fond à Lahti, vendredi.

La profondeur des plus grandes nations a donné un tempo élevé à cette course au terme de laquelle la Norvège a conservé sa couronne mondiale en devançant la Russie et la Suède.

Une première

À sa quatrième et dernière boucle sur le parcours de 2,5 km, Len Valjas a été invité à quitter la course lorsque le Norvégien Finn Haagen Krogh, ainsi que le Russe Sergey Ustiugov qui le poursuivaient à une dizaine de secondes derrière lui, l’ont rejoint. Le Canada, qui a toujours aligné une équipe dans ce type d’épreuve depuis 2003, subissait ce sort pour la première fois.

Après le premier quart de la course, les Canadiens étaient déjà sortis du décor. Lorsque Graeme Killick a donné le relais à Devon Kershaw pour la deuxième portion en classique, ils accusaient deux minutes de retard sur le train mené par les Russes et les Norvégiens, après que Andrey Larkov et Didrik Toenseth eurent réduit le suspense du jour à un duel entre ces deux nations pour la médaille d’or.

«Graeme a été beaucoup malade après le Tour de ski. On espérait qu’il puisse revenir en forme, mais c’étaient des conditions vraiment difficiles aujourd’hui, autant en classique qu’en «skate», alors quand tu es dans une journée moins bonne, tu paies dès le début. Ça a été difficile pour lui», a défendu Alex Harvey.

«Devon, lui, sa conjointe a donné naissance à un bébé, ce qui fait que les premières nuits, c’est sûr que tu dors moins bien. À un moment donné, il faut que tu vives aussi...», a poursuivi le Québécois pour expliquer ce résultat collectif.

Séance d’entraînement

Après les séquences de Killick et Kershaw chacun en style classique, Harvey n’avait plus d’enjeu lorsqu’il s’est élancé en style libre. Les Américains, 11e au final à 5 m 31 s des champions norvégiens, venaient de passer depuis deux minutes lorsqu’il a accepté le relais de Kershaw.

«Il n’y avait pas grand-chose à faire, j’ai pris ça comme une séance d’entraînement. Le gars de l’Estonie n’était pas trop loin, j’ai pu le dépasser et me rapprocher un peu des Américains. S’il n’y avait pas eu de relais aujourd’hui, j’aurais fait une séance d’entraînement intense. Je voulais quand même pousser, mais c’est sûr que tu te fais un peu moins mal s’il n’y a pas d’enjeu», a avoué le skieur de Saint-Ferréol.

«Les conditions étaient tellement molles que, pour moi, c’était pratiquement non skiable. Je filais bien pourtant, mais c’est sûr qu’on est déçu. Si les conditions avaient été différentes, ça aurait probablement donné un résultat différent pour toute l’équipe», a analysé Len Valjas, spécialiste surtout dans les épreuves de sprint.

Loin de la Suède

L’équipe canadienne nourrissait certains espoirs pour cette épreuve. Le 22 janvier dernier, à Ulricehamn en Suède, Harvey, Kershaw, Valjas et Knute Johnsgaard avaient donné au Canada un premier podium masculin en relais dans l’histoire de la Coupe du monde en terminant troisième.

Après l’épreuve féminine de 30 km en style libre de samedi, ces mondiaux se conclueront dimanche avec le 50 km des hommes, également en style libre.

Relais 4 X 10 km Résultats

  • 1-Norvège (Toenseth, Dyrhaug, Sundby, Krogh), 1 h 37 m 20 s
  • 2-Russie (Larkov, Bessmertnykh, Chervotkin, Ustiugov), + 4,6 s
  • 3-Suède (Rickardsson, Olsson, Hellner, Halfvrarsson) + 2 m 31,8 s
  • - Canada, Estonie, Roumanie, Pologne et Ukraine n’ont pas terminé
  • (64 concurrents, 16 pays)