/opinion/columnists
Navigation

Le jugement dernier

Coup d'oeil sur cet article

Cette semaine, des parents bénévoles qui peinturaient ont été menacés par l'État québécois, le syndicat du RTC a confirmé une grève d'autobus prochainement et Jésus est ressuscité avant Pâques sur le mur de l'Hôpital du Saint-Sacrement. Voici mon top 3 de la semaine.

1. LA GUERRE AU BÉNÉVOLAT

Des parents ont eu le sale défaut d’avoir du cœur. Pour repeindre une école défraîchie parmi tant d’autres.

Un rond-de-cuir de la Commission de la construction a menacé les parents d’une amende salée de 200 dollars par jour, car ils n’avaient pas leurs... cartes de compétence!

Le Québec est infesté par ces petits potentats sans jugement. Comme ces kapos de la langue naguère engagés dans une délirante guerre aux menus de restaurants internationaux.

Cette odieuse dérive dévoile non seulement l’inutilité crasse de contingents de petits bureaucrates bêtes, mais surtout la rigidité des lois de la construction qui va jusqu’à tuer dans l’œuf des initiatives de solidarité.

2. LA GRÈVE AU RTC

Le 13 mars, si vous devez prendre l’autobus, vous vous organiserez! Les chauffeurs du RTC ont décidé de faire passer leurs vies avant les vôtres et de faire la grève!

Au fond, les syndicats publics font la grève pour quoi? On veut semer du mécontentement et la zizanie chez une partie de la population (surtout des aînés vulnérables), ce qui presserait les politicos à céder devant un tel chantage. Ces machinations préhistoriques ne fonctionnent plus.

Les syndicats ont une cote d’amour médiocre. Le syndicat ici joue un jeu dangereux. Un rebranchement avec la réalité s’impose.

3. LE CRUCIFIX

L’urgence de l’Hôpital du Saint-Sacrement était occupée à 105 % jeudi, mais les caméras étaient plutôt tournées vers le crucifié en bois, qui renouait avec la lumière du jour, sorti de son tombeau après y avoir été inhumé.

Une seule plainte et des bureaucrates de la Santé s’étaient excités frénétiquement pour ensevelir la relique.

Minables technocrates tellement isolés du monde réel qu’ils ont gravement sous-évalué le potentiel de radioactivité du dossier. Mais le pire, ce sont les politicos. Qui ont réagi une grosse semaine en retard! Notamment notre bon Premier Ministre, toujours en décalage lorsqu’il est question d’identité.

Son ministre de la Santé, quant à lui, n’est pas crédible pour un sou lorsqu’il tente de nous faire croire qu’il n’est jamais intervenu auprès de ses ouailles.

Toutefois, il aura toujours l’occasion d’aller se confesser... Le Seigneur est rempli de miséricorde.