/news/health
Navigation

Diane Lamarre impute les départs au ministre Barrette

Diane Lamarre
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

La députée péquiste Diane Lamarre blâme le ministre Gaétan Barette pour le départ hors Québec de jeunes médecins qui ne parviennent pas à obtenir des postes à temps plein dans les services d’urgence.

«Si les effectifs médicaux étaient complets, le ministre aurait dû leur dire avant qu’ils ne fassent leur formation complémentaire d’un an. Cette façon de faire est très insultante pour les médecins. Elle n’est pas gagnante», a formulé, lundi, la députée de Taillon.

Cette dernière réagissait aux informations rapportées, lundi, par Le Journal selon lesquelles une dizaine de jeunes omnipraticiens ont quitté le Québec, l’an dernier, et que huit ou neuf autres songent à faire de même.

Nouvelles règles

Les nouvelles règles édictées par le ministre de la Santé obligent entre autres les jeunes médecins à prendre en charge de 200 à 250 patients en cabinet en plus de leur tâche à l’urgence. Selon l’Association des médecins d’urgence du Québec, des 33 omnipraticiens ayant fait une année de formation complémentaire en médecine d’urgence, quatre seulement auraient obtenu un poste à temps plein cette année.

«La réforme Barrette a été faite dans la précipitation. Le fait de ne pas respecter les gens, de ne pas faire de transition progressive, a des conséquences. Ceci étant dit, je trouve cela un peu étonnant qu’il n’y ait pas de pénalités pour les jeunes médecins finissants qui ne travaillent pas au Québec», a précisé Mme Lamarre.

Elle a rappelé qu’un médecin résident reçoit une rémunération de 45 000 $ par an.

«Notre système d’éducation est très généreux. Il y a une reconnaissance qui doit s’exprimer à l’endroit de la population du Québec. Les temps sont durs pour les patients», a-t-elle soulevé.

-Avec la collaboration de Marc-André Gagnon, Bureau parlementaire