/slsj
Navigation

Délocalisation d’emplois: Le maire de Roberval en colère contre Produits forestiers Résolu

Le maire Guy Larouche  aurait aimé être informé avant que Produits forestiers Résolu (PFR) ne décide de fermer ses bureaux administratifs de Roberval et de relocaliser les 20 personnes qui y travaillent.
Photo courtoisie Le maire Guy Larouche aurait aimé être informé avant que Produits forestiers Résolu (PFR) ne décide de fermer ses bureaux administratifs de Roberval et de relocaliser les 20 personnes qui y travaillent.

Coup d'oeil sur cet article

Le maire Guy Larouche ne digère pas le fait que Produits forestiers Résolu ait annoncé la fermeture de son bureau administratif de Roberval sans d’abord lui en parler.

«Faut-tu manquer de classe... ça n’a pas de bon sens! Quand on parle de travailler en partenaires, de se respecter... je suis probablement le politicien le plus facile à rejoindre, et ils n’ont même pas essayé. Ils nous font un coup comme ça, je n’en reviens pas!» a lâché le maire Larouche, qui ne décolérait pas encore mardi midi.

C’est que la compagnie a fait savoir mardi matin qu’elle fermait ses locaux de Roberval et que les 20 personnes qui y travaillaient seraient relocalisées à travers un jeu de chaises musicales qui a pour but de rendre la compagnie plus efficace dans un contexte économique difficile pour l’industrie du bois.

Les 73 employés des bureaux administratifs seront désormais regroupés du côté de Mistassini et de Saint-Félicien. Malgré ces réorganisations, il n’y a donc aucune perte d’emplois, précise PFR.

LA COMPAGNIE S’EXPLIQUE

Du côté de PFR, on se dit conscient de la déception qu’a pu provoquer leur décision et on admet du même souffle qu’on aurait dû être plus transparent avec l’administration municipale.

«J’ai échappé la balle, comme on dit. J’aurais dû l’informer [lundi soir]», reconnaît le porte-parole de PFR Karl Blackburn, qui s’est entretenu brièvement avec le maire Larouche mardi matin.

Malgré ce constat, ce dernier n’accepte tout simplement pas la décision de PFR et laisse planer un «coût politique» à cette décision de l’entreprise.

«L’économie qu’ils voulaient faire en argent, elle va leur coûter cher», affirme le maire, sans toutefois s’avancer sur ces éventuelles sanctions. «Je trouverai bien des solutions. Je suis extrêmement créatif... et je n’ai pas peur de personne!»

TRAVAILLER ENSEMBLE

Du côté de PFR, on espère pouvoir continuer à travailler avec tous les élus du Lac-Saint-Jean, incluant le maire Guy Larouche.

«Je tends la main au maire de Roberval. Au-delà de Produits forestiers Résolu, c’est l’ensemble de l’industrie et les emplois qui sont importants à préserver. Qu’il y ait un emploi dans une communauté ou dans une autre, sincèrement, c’est un travailleur qui génère de l’activité économique. C’est comme ça qu’il faut le voir», mentionne Karl Blackburn.