/news/consumer
Navigation

Fini les drapeaux du Québec devant les SAQ

La société d’État dit vouloir économiser

Quebec
Photo Stevens LeBlanc La SAQ veut protéger les drapeaux des mauvaises conditions météorologiques du Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Les drapeaux du Québec disparaîtront des façades extérieures des succursales de la Société des alcools du Québec (SAQ), qui veut ainsi économiser sur les coûts d’entretien.

La SAQ retirera «graduellement» les fleurdelisés qui ornent les façades de ses commerces pour les déplacer à l’intérieur, a appris Le Journal.

«C’est tout simplement une question d’entretien», a expliqué Anne-Sophie Hamel-Longtin, directrice des Affaires publiques de la SAQ.

Elle explique que le climat québécois endommage «très rapidement» les drapeaux. «Pour les conserver intacts, nous préférons ne plus les exposer aux éléments météorologiques», a-t-elle précisé, incapable de chiffrer les économies réalisables.

Cette opération se réalisera progressivement, note la société d’État.

«Les drapeaux en bon état vont ainsi demeurer à l’extérieur de nos succursales, mais seront déplacés à l’intérieur lorsque viendra le temps de les remplacer», a expliqué Mme Hamel.

Respect de la loi?

Le Journal a déjà pu observer la disparition des drapeaux sur certains édifices de la région de Québec, notamment à la SAQ des Galeries Charlesbourg.

Pourtant, selon la Loi sur le drapeau et les emblèmes du Québec, «le drapeau du Québec doit être déployé sur les édifices des organismes dont l’Assemblée nationale nomme les membres et sur les édifices des personnes nommées par celle-ci».

Or, la SAQ assure qu’elle respecte la Loi en agissant de la sorte, soutenant que les fleurdelisés continueront à être affichés à l’extérieur des locaux administratifs qui appartiennent à la SAQ.

« Poisson d’avril! »

Le porte-parole en matière d’agriculture et d’alimentation au Parti québécois, André Villeneuve, a cru qu’il s’agissait d’une blague lorsqu’il a appris la nouvelle. «C’est d’un ridicule incroyable. On dirait un poisson d’avril», a balancé le député de Berthier.

Il a souligné que la SAQ est une société d’État rentable qui peut se permettre de prendre soin de drapeaux du Québec. Il a également fait valoir que les conditions météorologiques de la province n’empêchent pourtant pas les municipalités, les autres organismes et même l’Assemblée nationale de brandir le drapeau du Québec à l’extérieur.

«Ce sont des économies de bout de chandelle. C’est une décision qui à mon avis ne respecte pas l’esprit de la Loi», a-t-il dit, réclamant l’arrêt de cette décision administrative.

«On ne regarde pas les conséquences en coupant ainsi pour sauver des sous.»