/sports
Navigation

Un podium sur les plaines

La formule du minitour joue en faveur de Québécois, 3e au cumulatif

Après 25 départs en Coupe du monde cette saison, marquée par trois podiums, Alex Harvey débarque à Québec confiant de conserver sa troisième place au classement général.
Photo AFP Après 25 départs en Coupe du monde cette saison, marquée par trois podiums, Alex Harvey débarque à Québec confiant de conserver sa troisième place au classement général.

Coup d'oeil sur cet article

Alex Harvey a pris une option sur le dernier espace disponible sur le podium final qui sera déployé sur les plaines d’Abraham dimanche prochain.

Les 72 points que lui a rapportés sa sixième place au 50 km d’Oslo samedi lui ont permis de ravir le troisième rang du cumulatif de la Coupe du monde que détenait Matti Heikkinen, absent de la course de samedi. Harvey rentre maintenant à Québec avec sept points d’avance sur le Finlandais (844 c. 837), alors qu’il accusait 65 points de retard avant sa journée.

«Ce n’est pas encore réglé tant que je ne passerai pas la ligne d’arrivée dimanche, mais c’est en ma faveur, c’est sûr», observe le Québécois, qui est en voie d’égaler le meilleur classement de sa carrière, alors qu’il avait aussi terminé troisième en 2013-2014.

Conçu pour Harvey

Si les mathématiques empêchent de confirmer sa troisième place en raison du mince écart entre les deux athlètes, le sport lui-même s’y autorise. Le format des trois épreuves du minitour de Québec convient presque parfaitement au chouchou local.

En apéritif, le sprint individuel de vendredi laisse Harvey sans inquiétude dans le jeu des comparaisons dans cette spécialité.

Double médaillé à des championnats du monde, il occupe le 17e rang au classement du sprint de la saison avec notamment trois top 10. En trois essais cet hiver, Heikkinen n’a jamais fait mieux que 36e à ce jeu.

Pour la suite, le départ groupé de 15 km du lendemain et la poursuite de dimanche, là encore sur 15 km, accorderont peu de latitude au moindre téméraire voulant tenter une attaque fatale.

«Même si j’étais arrivé aux finales avec 100 points derrière lui, j’aurais quand même été confiant que je pourrais remonter. Maintenant, avec sept points d’avance sur lui, c’est en ma faveur, mais il faut d’abord garder la santé. Ensuite, ça devrait être correct», projette-t-il.

Seul suspense

Ce duel entre Harvey et le Finlandais de 33 ans s’annonce comme le seul véritable suspense sur les plaines. Pour le Suédois Marcus Hellner, cinquième avec 668 points, le podium au final de la saison lui est pratiquement inaccessible.

En haut du classement, la partie est jouée là aussi. Grâce à sa victoire de samedi à la prestigieuse Holmenkollen, Sundby s’est assuré du troisième globe de cristal de sa carrière en devançant le Russe Sergey Ustiugov, qui a annoncé qu’il renoncera au rendez-vous de Québec.

Dimanche prochain sur les plaines, Sundby et Harvey auront donc un logement inoccupé comme voisin.

Coupe du monde

Classement général

1 - Martin Johnsrud Sundby, Norvège, 1626 pts

2 - Sergey Ustiugov, Russie, 1176 pts

3- Alex Harvey, Canada, 844 pts

4 - Matti Heikkinen, Finlande, 837 pts

5 - Marcus Hellner, Suède, 668 pts

6 - Emil Iversen, Norvège, 637 pts

7 - Dario Cologna, Suisse, 620 pts

8 - Finn Haagen Krogh, Norvège, 599 pts

9 - Joannes Klaebo, Norvège, 589 pts

10 - Iivo Niskanen, Finlande, 551 pts

50 km style classique Oslo

Résultats

1 - Martin Johnsrud Sundby, Norvège, 2 h 2 m 59 s

2 - Iivo Niskanen, Finlande, + 9,9 s

3 - Alexander Bessmertnykh, Russie, +1 m 15,2 s

6- Alex Harvey, Canada, + 1 m 15,4 s

33 - Devon Kershaw, Canada, + 8 m 59 s

(54 concurrents, 15 pays)

Harvey 6e

« Sundby était clairement plus fort »

Le roi a maintenu son emprise sur son royaume, samedi, lorsque Martin Johnsrud Sundby a remporté le 50 km en style classique d’Oslo en 2h 2min 59s.

Le Norvégien est devenu le premier homme à conserver un titre deux années de suite sur cette épreuve la plus prestigieuse de la Coupe du monde en faussant compagnie, à moins de trois kilomètres de l’arrivée, au Finlandais Iivo Niskanen avec qui il était en échappée depuis plus d’une heure.

Près du bronze

À une minute de ce duo et dans un effort ultime d’accéder au podium, Harvey a terminé sixième après s’être jeté dans un sprint avec les Norvégiens Sjur Roethe et Niklas Dyrhaug et le Russe Alexander Bessmertnykh, une courte bataille remportée finalement par ce dernier.

L’issue du concours s’est précisée à l’amorce de la troisième des six boucles de 8,3 km, lors d’un changement de skis. Harvey a à ce moment-là été contraint de se joindre à un groupe de cinq poursuivants derrière Sundby et Niskanen.

«En style classique, c’est préférable de changer de skis. Sundby a changé en même temps que nous et il est juste parti rejoindre Niskanen, qui, lui, n’avait pas changé de skis. Niskanen et Sundby étaient clairement plus forts que nous aujourd’hui», a concédé le Québécois.