/sports/others
Navigation

Le format pour les Jeux olympiques de Tokyo a été adopté à Québec, samedi

Sean McColl et Marco Maria Scolaris, Maria Izquierdo et Kobinata Toru, Federation internationale d escalade devoile son format pour les Jeux olympiques de 2020, Quebec, 11 mars 2017. PASCAL HUOT/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI
Photo Pascal Huot Sean McColl, Marco Maria Scolaris, Maria Izquierdo et Kobinata Toru
Federation internationale d'escalade

Coup d'oeil sur cet article

L’escalade fera son entrée aux Jeux d’été de Tokyo, en 2020, mais ce n’est pas demain la veille que les sommes d’argent pleuvront sur les aspirants olympiens de ce sport au pays pour les aider à rêver aux anneaux.

L’escalade, le karaté, le skatebord, le surf et le baseball/softball ont été ajoutés au programme olympique en août dernier pour le prochain rendez-vous estival. Mais qui dit nouveau sport, dit nouveau départ.

Pour Escalade Canada, cela demande une réorganisation complète de l’organisme, qui vient à peine de devenir membre de la Fédération internationale d’escalade (IFSC), si elle veut bénéficier du soutien financier de Sport Canada.

«Au niveau du financement, on nous demande de produire énormément de choses pour avoir accès aux différents programmes. N’ayant pas encore de ressources humaines, alors que tout est fait par des bénévoles, ça devient difficile d’avoir les mêmes exigences qu’une fédération qui emploie 25 personnes pour produire les mêmes choses», plaide la présidente d’Escalade Canada, Maria Izquierdo.

Le champion 2016 du circuit de la Coupe du monde est un Canadien, Sean McColl, natif de North Vancouver. S’il a reçu une bourse du Comité olympique canadien depuis que l’escalade a été admis aux JO, il y a encore loin de la coupe aux lèvres.

Il y a des choses auxquelles on aura accès, mais le support de Sport Canada serait bénéfique pour nous aider à atteindre tout ce qu’on nous exige à ce moment-ci. On a un potentiel médaillé olympique qui est champion du monde et on n’a pas les moyens de le supporter adéquatement. Puis, on a besoin d’un petit coup de main pour mettre sur pied un comité de haute performance, etc», explique Mme Izquierdo.

Un format adopté

Mme Izquierdo a participé, hier, dans un hôtel de Québec, à l’Assemblée générale annuelle de l’IFSC, où le format de compétition qui sera utilisé aux Jeux a été adopté. Ainsi, chaque pays enverra un maximum de deux représentants (un homme; une femme) et les gagnants seront couronnés selon leurs résultats des trois styles combinés ensemble, soit la vitesse, la difficulté et les blocs. Le processus de qualification doit pour sa part être déterminé plus tard.

«Ce fut une assemblée productive et constructive, où des gens de différentes cultures et parlant différentes langues ont trouvé un terrain d’entente clair de ce qu’on veut pour les Jeux olympiques. C’est un succès et il faut maintenant se concentrer sur les prochaines étapes», a déclaré le président de l’IFSC, Marco Scolaris.