/news/currentevents
Navigation

Les ambulanciers finalement équipés pour secourir des victimes en voies non carrossables

Les ambulanciers finalement équipés pour secourir des victimes en voies non carrossables
PHOTO ROGER GAGNON

Coup d'oeil sur cet article

Le ministère de la Santé investi 500 000$ pour munir les ambulanciers d’équipement de protection, afin qu’ils puissent effectuer des interventions d’urgence hors du réseau routier dont dans les sentiers de motoneige, au moment où le bilan des décès s’est alourdi au cours de la fin de semaine, avec le décès de trois personnes dont deux femmes.

Ces investissements ne sont toutefois pas liés aux accidents de motoneige de la fin de semaine. C’est plutôt le rapport du Protecteur du citoyen de 2013 qui recommandait de confier aux ambulanciers le mandat d’intervenir lorsque survient un incident à l’extérieur du réseau routier. Un sauvetage inefficace survenu dans une zec du Québec, en 2013, a sonné l’alarme.

«Les achats sont en cours. Ce sont les Centres intégrés universitaires de santé et de services sociaux (CIUSSS) qui font les achats», précise Noémie Vanheuverzwijn, porte-parole, au ministère de la Santé. Ces équipements sont principalement des couvre-bottes, des casques et des gants.

Par ailleurs, en mars 2016, un Américain est décédé de ses blessures à la suite d’une grave collision en motoneige, dans la réserve faunique des Laurentides. Les ambulanciers à proximité avaient refusé de se rendre sur les lieux en motoneige.

Mieux déterminer les rôles

Le ministère de la Sécurité publique (MSP) a établi un cadre de référence qu’il a remis à toutes les MRC, responsable de la gestion des territoires non organisés (TNO). «Il y avait un besoin de mieux déterminer les rôles et responsabilités de chacun des intervenants d’urgence», explique Mylène Grenon, conseillère en sécurité civile au MSP, en citant les recommandations du Protecteur du citoyen. «La principale était d’amener les ambulanciers jusqu’aux victimes, même en sentier hors route», précise-t-elle.

Les ambulanciers seront donc équipés pour s’aventurer hors du réseau routier, lorsqu’une situation l’exige.

Le mode d’opération variera selon les MRC, précise pour sa part Éric Houde, directeur des opérations à la sécurité civile. «Certaines MRC veulent même le mettre dans leur schéma de couverture de risque», lance-t-il. Les ambulanciers pourront également être escortés par les Services incendie, des Associations de motoneigistes ou des organisations bénévoles de sauvetage.

Ambulanciers satisfaits

La MRC de Côte-de-Beaupré, responsable de la réserve faunique des Laurentides, n’a toujours pas présenté son plan d’intervention. «La MRC a pas mal tout identifié les pistes de solution, ce qui leur manque, c’est de prendre la décision», indique M. Houde.

Le directeur adjoint des opérations de la Coopérative des techniciens ambulanciers du Québec (CTAQ), Dominic Chaput, se réjouit de la nouvelle. «Le matériel n’est pas encore arrivé, mais au moins, on a eu l’accord et la commande est passée», indique-t-il.

Décès à motoneige

Un motoneigiste de 52 ans, Jean-Louis Picard, est décédé vendredi soir à Saint-Antoine-de-Tilly, après avoir été éjecté de son véhicule, après avoir effectué fait une sortie de piste.

Deux femmes ont également perdu la vie dimanche, à bord de leur motoneige. La première, Bianca Racine âgée de 26 ans, a péri lorsque sa motoneige est allée percuter de plein fouet un pylône de métal à l’Ange-Gardien. Les pompiers ont dû la sortir du sentier à l’aide d’un traineau. Le manque d’expérience serait en cause selon la Sureté du Québec.

Quelques heures plus tard à Saint-Séverin en Mauricie, une motoneigiste de 44 ans, Nathalie Tessier a été retrouvée coincée sous son engin vers 14h45, dans un fossé, en bordure du sentier. Selon la Sûreté du Québec, la femme s’y trouvait depuis «un certain nombre d’heures». Son décès a été constaté à l’hôpital. Une inspection mécanique a été demandée sur le véhicule.



– Avec la collaboration d’Elisa Cloutier

Nombre de décès à motoneige

Depuis le début de la saison : 15

2013-2014 : 18

2014-2015 (au 8 mars) : 34

Source : Sûreté du Québec