/homepage
Navigation

Autobus de la STM au ralenti: passagers et chauffeurs solidaires dans la tempête

bloc situation autobus stm hiver
Photo JOËL LEMAY / AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Les centaines d’autobus enlisés dans la neige n’ont pas paralysé complètement le réseau qui a fonctionné au ralenti notamment grâce à l’entraide entre passagers et chauffeurs.

«Quand je suis arrivé dans la 166, le chauffeur venait de dire qu’on était pris, raconte Sylvie Savard, à propos du retour à la maison mardi soir. Quelqu’un a proposé qu’on aille pousser le bus et on était une bonne dizaine à sortir. C’était convivial.»

Des piétons qui poussent des autobus, des autobus enlisés, des files d’attente, toutes ces scènes se sont répétés un peu partout sur l’ile durant les 36 dernières heures.

200 autobus enlisés

Depuis mardi soir, les retards sont généralisés, a confirmé la STM. Au plus fort de la tempête, 200 autobus étaient enlisés en même temps. Mercredi, en fin d’après-midi, 40 véhicules étaient toujours immobilisés dans la neige.

«Mais le nombre diminue d’heure en heure, d’ajouter Amélie Régis, porte-parole de la STM, puisque huit remorqueuses sont à pied d’œuvre sur la route pour les dépanner.»

En plus des autobus coincés, une centaine de chauffeurs n'avaient pu se rendre au travail, mercredi matin.

Piétons solidaires...

Dina Akram a aussi très surprise d’assister à une scène de solidarité, dans laquelle le transport «collectif» prenait tout son sens.

«La 55 [Saint-Laurent] s’est arrêtée en plein milieu de la rue Sherbrooke, ça aurait pu être dangereux, raconte celle qui a filmé la scène depuis un restaurant. Une dizaine de piétons ont rapidement aidé à pousser, un cycliste est même descendu de son vélo.»

...et chauffeurs dévoués

Si plusieurs passagers n’ont pas hésité à unir leurs forces, les chauffeurs aussi ont fait preuve d’un réel dévouement. En plus d’attendre de longues heures la dépanneuse, des chauffeurs n’ont pas hésité à dormir au garage pour être certains d’être sur la route le lendemain.

Dans Montréal-Nord, une conductrice qui était «En Transit» a même secouru une quarantaine de passagers coincés dans un autobus enlisé, qui attendait une dépanneuse. En les déposant au métro Henri-Bourassa, elle leur a probablement permis de gagner beaucoup de temps.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.