/misc
Navigation

1982 - Le roi adulé et détesté de la radio

André Arthur
Photo d'archives André Arthur

Coup d'oeil sur cet article

À Québec, de nombreux animateurs se sont succédé dans les différentes stations radiophoniques au fil des ans, mais aucun n’est demeuré aussi longtemps au sommet que le « roi » Arthur, qui a fait la pluie et le beau temps sur les ondes de CHRC dans les années 1970, 1980 et même 1990.

En 1982, André Arthur rejoignait au-delà de 100 000 auditeurs à son émission du matin, entre 7 h 30 et 9 h, soit cinq fois plus que son concurrent principal. Le total des fidèles de la station AM était plus élevé que celui de l’ensemble des autres stations qui diffusaient dans la région. La direction de CHRC ne cachait pas que près de la moitié de ses revenus publicitaires (48 %) provenait de la vente d’annonces diffusées lorsque l’animateur vedette était au micro.

1984 - Que ce soit à CHRC ou à CJRP, avec son compère Marc Simoneau, André Arthur faisait la pluie et le beau temps sur les ondes de la radio dans les années 1980.
Photo d'archives
1984 - Que ce soit à CHRC ou à CJRP, avec son compère Marc Simoneau, André Arthur faisait la pluie et le beau temps sur les ondes de la radio dans les années 1980.

Reconnu pour ses opinions bien tranchées et ses propos souvent désobligeants, M. Arthur faisait face en 1982, à des poursuites judiciaires totalisant plus de six millions de dollars. Malgré deux poursuites au criminel pour outrage au tribunal et neuf au civil pour dommages et intérêts, il n’hésitait jamais à commenter ces procédures : « Ça ne m’empêche pas de dormir », déclarait-il invariablement en entrevue.

Détrôné par le zoo

Il conserva sa popularité en tant qu’animateur très longtemps, malgré un passage de CHRC à CJRP. Toutefois, au milieu des années 1980, un autre phénomène fit son apparition sur la bande FM cette fois.

1988 - À la fin des
années 1980, Gilles Parent et son Zoo étaient très appréciés des auditeurs au FM 93, avec des cotes d’écoute inégalées depuis
Photo d'archives Karl Tremblay
1988 - À la fin des années 1980, Gilles Parent et son Zoo étaient très appréciés des auditeurs au FM 93, avec des cotes d’écoute inégalées depuis

Le FM 93 proposait à ses auditeurs une émission qui n’avait rien à voir avec la radio plus traditionnelle, faite de lignes ouvertes, d’actualités et de musique populaire, ce qu’offrait la bande AM et dont André Arthur était le principal fer de lance, quelle que soit la station où il évoluait.

Une équipe de jeunes, avec Gilles Parent comme chef de file, se lançait à l’assaut des cotes d’écoute du matin. Ils proposaient de la musique plus rock, des bulletins de nouvelles réduits et surtout, des numéros d’imitations, de parodies et de pastiches tous plus drôles les uns que les autres, souvent collés sur l’actualité.

En 1987, le FM 93 atteignait des sommets avec 576 000 auditeurs, du jamais vu jusqu’alors et inégalé par la suite. L’équipe du Zoo devait par la suite déménager à Radio Énergie (CHIK FM) et y maintenir de très fortes cotes d’écoute jusqu’à la fin des années 1990.

Repousser les limites

À la fin des années 1990 et au début des années 2000, la radio de Québec offre à ses auditeurs des animateurs qui n’ont pas la langue dans leur poche.

Qualifiée de radio poubelle par ses détracteurs et de radio d’opinion par ses défenseurs, les propos des intervenants y sont souvent dénonciateurs, parfois irrévérencieux et quelquefois carrément diffamatoires.

L’un d’eux, Jean-François « Jeff » Fillion, s’est retrouvé au sommet des cotes d’écoute de 2001 à 2004, avec son émission matinale Le monde parallèle de Jeff Fillion, sur les ondes de CHOI (Radio X).

Après quelques dérapages en ondes, à l’égard d’une présentatrice de météo et de membres de l’ADISQ (entre autres), il a été condamné conjointement avec son employeur à payer quelques centaines de milliers de dollars en dédommagement à ces personnes. À la même période, le CRTC a même menacé de retirer sa licence à CHOI.

En 2004, des milliers de personnes se rangeaient derrière Jeff Fillion pour se porter à la défense de CHOI FM.
Photo d'archives Karl Tremblay
En 2004, des milliers de personnes se rangeaient derrière Jeff Fillion pour se porter à la défense de CHOI FM.

Une marche d’appui de quelque 50 000 personnes à Québec, un rassemblement de 10 000 personnes à Ottawa et une pétition de 200 000 noms en appui à Fillion et à CHOI Radio X ont fait reculer le CRTC à l’été 2004. Fillion a finalement quitté la station au printemps 2005 pour y revenir récemment.

Signe que les rois des ondes sont difficiles à détrôner, Arthur (BLVD), Fillion (CHOI) et Parent (FM93) sont encore aujourd’hui parmi les animateurs les plus écoutés à Québec.