/entertainment/shows
Navigation

Green Day enflamme le Centre Vidéotron

Les vétérans du punk-rock offrent tout un party à une foule de plus de 13 000 spectateurs

Coup d'oeil sur cet article

Pour décrire l’ambiance qui régnait dans le Centre Vidéotron, jeudi soir, c’est impossible d’éviter les clichés: Green Day a mis le feu et un public survolté a vibré au rythme d’enfer imposé par les vétérans du punk.

Dit autrement, Green Day et ses fans (entre 13 000 et 14 000 selon notre évaluation) qui ont rempli l’amphithéâtre pour le passage de la tournée Revolution Radio se sont payé tout un party.

La fête avait commencé tôt alors que plusieurs admirateurs ont attendu en file à l’extérieur pendant de nombreuses heures pour avoir les meilleures places au parterre.

Comme il l’avait fait à l’Agora en 2010 et au Colisée en 2013, le trio californien, mené par un Billie Joe Armstrong toujours aussi cabotin, les a récompensés en leur offrant un marathon de punk-rock qui s'est étiré sur deux heures trente.

Des fans ont attendu de longues heures dans le stationnement de l’amphithéâtre pour avoir les meilleures places.
Photo Jean-François Desgagnés
Des fans ont attendu de longues heures dans le stationnement de l’amphithéâtre pour avoir les meilleures places.

UNE FAN DÉJANTÉE

Et ce n’est pas parce que la soirée allait être longue que Armstrong, Mike Dirnt et Tré Cool ont économisé leur énergie.

Imaginez, après quarante minutes de concert, on avait entendu Holiday, Boulevard of Broken Dreams, un fan était monté sur scène pour chanter Know Your Enemy avant d’être imitée par une dénommée Sarah, qui a volé le show durant son interprétation déjantée de Longview. Ouf!

CACHEZ CE CELLULAIRE

Après ce départ en trombe, l’intensité est demeurée au zénith. Accompagnés de trois musiciens de tournée, les trois membres de Green Day ont été particulièrement redoutables sur le furieux doublé Are We The Waiting\\St.Jimmy alors que les Minority et Basket Case ont semé la frénésie. Tout comme American Idiot et Jesus of Suburbia, au rappel.

Preuve que tout était permis, on a même entendu le solo de saxophone de Careless Whisper, de Wham!, à un moment donné.

Meneur de foule hors pair, Armstrong a ressorti ses vieux trucs, dont l’arrosage de public au moyen d’un boyau et le lancer du t-shirt avec un canon. Il a aussi invité une spectatrice, Alexandra, à jouer de la guitare sur Knowledge. Bien entendu, la chanceuse est repartie avec l’instrument.

Près des fans, Billie Joe Armstrong leur a fait la morale concernant l’utilisation des téléphones cellulaires. «Tu n’as pas besoin de ce téléphone. Si tu me regardes à travers un écran, tu ne me regardes pas», a-t-il lancé à un fan qui le filmait depuis le parterre.

Une superbe soirée qui s'est malheureusement conclue sur une mauvaise note pour quelques spectateurs qui ont été attaqués par un taupin hors de contrôle, derrière notre section. Espérons qu'on ne le reverra plus celui-là.