/misc
Navigation

1990 - Le cœur et l’âme des Nordiques échangés

Michel Goulet et Peter Stastny ont été le cœur et l’âme des Nordiques pendant plusieurs saisons avant d’être échangés en 1990.
Photo d'archives Jean-Claude Tremblay Michel Goulet et Peter Stastny ont été le cœur et l’âme des Nordiques pendant plusieurs saisons avant d’être échangés en 1990.

Coup d'oeil sur cet article

Les 5 et 6 mars 1990, les amateurs de hockey de Québec vivaient des moments difficiles, alors que la direction des Nordiques de Québec échangeait coup sur coup Michel Goulet puis Peter Stastny, le premier aux Black Hawks de Chicago et le second aux Devils du New Jersey.

Michel Goulet a porté le chandail des Nordiques dès leur arrivée dans la ligue nationale, en 1979. L’année suivante, Peter Stastny se joignait au fleurdelisé en compagnie de son frère Anton.

Au Panthéon du hockey

Pendant dix ans, les deux athlètes ont soulevé régulièrement la foule de leurs partisans au vieux Colisée. « Le Gou » a connu six saisons de 48 à 57 buts et seul Wayne Gretzky a compté plus de points à sa fiche que Peter Stastny dans les années 1980.

La carrière de Michel Goulet s’est terminée abruptement en 1994, à la suite d’une grave commotion cérébrale survenue dans un match contre le Canadien au Forum de Montréal. Quant à Peter Stastny, il a été échangé aux Blues de Saint-Louis à la fin de sa carrière.

Les deux hommes devaient se retrouver au Panthéon du hockey en même temps, le 16 novembre 1998. Ils sont à ce jour les deux seuls joueurs qui s’y retrouvent dans l’uniforme des Nordiques de Québec.

Le jour de leur intronisation, au cours d’une entrevue au Journal, les deux hommes ne cachaient pas leur fierté de rejoindre les plus grands de leur sport en tant que porte-couleurs des Nordiques : « Mes plus belles années resteront celles chez les Nordiques. Nous avons joué devant de grands amateurs », confiait Goulet. Et Peter Stastny de poursuivre : « Nous vivions au paradis des joueurs de hockey. Je crois fermement qu’un jour, les Nordiques reviendront à Québec. Les gens le méritent tellement. »

Statistiques en saison régulière LNH
PJ Buts Points Total
Michel Goulet10895486041152
Anton Stastny650252384636
Marian Stastny322121173294
Peter Stastny9774507891239

Un scénario à la James Bond

Peter et son épouse Darina, avec Anton à l’arrière, ont été accueillis à l’Hôtel de Ville de Québec par le maire Jean Pelletier (à droite) et Marcel Aubut (à gauche).
Photo d'archives
Peter et son épouse Darina, avec Anton à l’arrière, ont été accueillis à l’Hôtel de Ville de Québec par le maire Jean Pelletier (à droite) et Marcel Aubut (à gauche).

À la fin de l’été 1980, le monde du hockey est surpris par une nouvelle peu ordinaire. Les Nordiques de Québec annoncent que Peter, 23 ans, et Anton Stastny, 21 ans, ont fait défection et signé un contrat de six ans avec le club, après une fuite rocambolesque qui les a conduits d’Innsbruck, en Autriche, à Québec.

Les Nordiques avaient sélectionné Anton Stastny lors du repêchage de 1979. Deux membres importants de l’organisation, Gilles Léger et Marcel Aubut, avaient rencontré les deux frères de même que leur aîné Marian, 27 ans, en Europe, et lors des Jeux olympiques de Lake Placid aux États-Unis.

Pendant la coupe d’Europe à Innsbruck, Peter et Anton signèrent leur contrat et acceptèrent de s’enfuir après le match entre la Tchécoslovaquie et l’URSS. Quelques minutes après la partie, Anton, Peter et son épouse, Darina, enceinte de huit mois, sautèrent dans une voiture qui les attendait pour les conduire à Vienne.

Les trois frères, Peter, Marian et Anton ont finalement été réunis
en 1981.
Photo d'archives Jean-Claude Tremblay
Les trois frères, Peter, Marian et Anton ont finalement été réunis en 1981.

Les trois frères réunis

Le trio rejoignit MM. Léger et Aubut à l’hôtel et ces derniers racontèrent par la suite au Journal combien ils avaient eu peur pendant cette aventure.

Près de leur hôtel, ils constatèrent que plusieurs « grosses voitures noires » surveillaient les portes d’accès de l’immeuble. Heureusement, ils avaient prévu le coup en louant différentes voitures et à bord de l’une d’elles, ils réussirent à rejoindre l’ambassade canadienne.

De là, les deux apprentis-espions se firent remettre des permis spéciaux déjà préparés à leur intention pour les deux hockeyeurs et Darina. Escortés par la police de Vienne et des agents de la Sécurité d’État, ils furent conduits à l’aéroport pour s’envoler vers Amsterdam, puis vers Montréal avant d’arriver finalement à Québec.

Ils amorcèrent la saison 1980-1981 avec les Nordiques et au cours de l’année, leur frère Marian s’enfuit à son tour avec sa femme et ses trois enfants en traversant la Hongrie en voiture avant de prendre l’avion à Vienne pour se rendre à Québec.

Les trois frères se trouvaient enfin réunis et purent évoluer ensemble quelques années avec les Nordiques de Québec. Marian joua pour eux pendant quatre ans, avant de signer comme agent libre avec les Maple Leafs de Toronto.