/opinion/columnists
Navigation

La bière du maire

Coup d'oeil sur cet article

On va se le dire: la microbrasserie L’Hopéra a eu un flash de génie de s’associer avec le maire Jean Tremblay pour lancer une nouvelle bière. Une idée qui va sûrement faire des petits.

Je vous l’ai déjà écrit il y a un an ou deux. Je rêve que le Saguenay–Lac-Saint-Jean devienne le Napa Valley de la bière. Les microbrasseries se multiplient et les passionnés aussi. Le Cégep de Jonquière lance une technique de production en microbrasserie. Ils seront de plus en plus nombreux à produire de la bière de qualité. Ils auront raison de péter de la broue!

LES MEILLEURS VENDEURS

Le maire, là-dedans? Il a amené énormément de visibilité. La nouvelle a fait le tour de la province. Déjà, on s’arra­che la bière avec la face de Jean Tremblay partout où on en trouve. Et ailleurs, on l’attend avec impatience. Un coup de pub réussi, mais ça va plus loin que ça. Les yeux se sont tournés vers nos microbrasseries, nos produits et nos créateurs. Personne ne peut s’en plaindre.

Trop souvent, les maires oublient qu’ils sont à la fois des ambassadeurs et des mascottes. Je le dis sans méchan­ceté. Les maires modernes sont populaires et ils attirent les gens. Il fallait voir Jean Tremblay au lancement de sa Pour-toi-Jean, derrière le bar de l’Hopéra, accueilli et traité comme une rock star. On sous-estime souvent l’impact de la présence d’une personnalité qui est dans le public depuis 20 ans. Et d’accord ou pas avec ses politiques ou la fin de son mandat, Jean Tremblay demeure un type fort sympathique qui peut permettre aux produits de la région de briller à l’échelle provinciale.

J’imagine déjà le maire sortant dans des kiosques cet été, derrière une table remplie de fromages, de bières et de produits de la région. Jean qui jase avec le monde en faisant goûter sa scotch ale vieillie en fût de bourbon... À Québec, Montréal et ailleurs. Dans les festivals, les expos, les regroupements de food trucks... Ne riez pas. La présence de Jean Tremblay attirerait en grand nombre. Et les projecteurs seraie­nt braqués sur les produits de la région.

À QUI LE TOUR ?

Les maires préfèrent souvent aller dans les banquets de dignitaires et les congrès d’hommes d’affaires. Ils seraient tellement plus utiles dans le monde, sur le plancher des vaches, à assumer leur popularité et à la faire rejail­lir sur leur ville ou leur bout de région.

Je suis persuadé que Denis Coderre et Régis Labeaume auraient aimé y penser avant. Je suis aussi convaincu qu’ils auront bientôt chacun leur propre bière. C’est la beauté des bonnes idées, elles se répandent vite. Et si les maires peuvent descendre un peu plus souvent de leur piédestal, ce sont les producteurs, les agriculteurs, les brasseurs et les créateurs qui en profiteront.

Je salue l’initiative de l’Hopéra. Avec la Voie Maltée qui a déjà du succès de l’autre côté du Parc des Laurentides, on sent que le talent des brasseurs de la région commence à être connu et recon­nu à juste titre. Et merci pour le coup de main, monsieur le maire! À la vôtre!