/news/politics
Navigation

Volte-face sur le pont de Québec

Le chef de la CAQ François Legault s’est rallié aux autres partis et n’envisage plus sa démolition

​Refusant de commenter la sortie de François Legault dans un premier temps, le maire Régis Labeaume a fini par livrer le fond de sa pensée mardi, visiblement indigné qu’un politicien provincial puisse envisager de démolir le pont de Québec. 
Photo Jean-François Desgagnés ​Refusant de commenter la sortie de François Legault dans un premier temps, le maire Régis Labeaume a fini par livrer le fond de sa pensée mardi, visiblement indigné qu’un politicien provincial puisse envisager de démolir le pont de Québec. 

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir soulevé l’indignation de toute la classe politique provinciale et du maire Régis Labeaume, le chef de la CAQ s’est ravisé au sujet du pont de Québec. François Legault refuse désormais d’envisager sa démolition.

La Coalition avenir Québec a appuyé, mardi, le dépôt d’une motion qui sera adoptée à l’unanimité par tous les partis ainsi que par les députés indépendants, mercredi, à l’Assemblée nationale.

Le texte de la motion, lu en chambre par la députée péquiste Agnès Maltais, vise à souligner le «caractère historique et patrimonial du pont de Québec, le plus long pont de type porte-à-faux du genre au monde» et l’importance de le conserver.

«Sa disparition serait une perte importante et il ne saurait être question de le démolir», a-t-elle déclaré.

L’aide d’Ottawa

L’Assemblée nationale presse Ottawa de respecter son engagement concernant les travaux d’entretien du pont. Elle rappelle aussi que le pont de Québec a été désigné lieu historique national du Canada en 1995 «et que la Société canadienne de génie civil et l’American Society for Civil Engineering ont désigné le pont de Québec comme monument historique du génie civil international».

La veille, en conférence de presse, le chef caquiste n’avait pas écarté la possibilité de démolir le pont de Québec en raison des enjeux de sécurité soulevés récemment par des experts étrangers. «Je ne suis pas en position de fermer la porte», avait-il répondu aux journalistes qui le questionnaient à ce sujet.

« Ridicule », martèle Labeaume

«Imaginez comment on serait la risée du monde entier si on démantelait un pont qui fait quasiment partie du patrimoine mondial.»

C’est de cette façon qu’avait réagi, plus tôt dans la journée, Régis Labeaume aux déclarations de François Legault. Le maire de Québec n’en croyait pas ses oreilles qu’un politicien puisse envisager de démolir ce joyau patrimonial.

«On aurait l’air vraiment ridicule, alors on va garder le deuxième lien parce que si on veut un troisième lien, ça va en prendre deux autres. On va garder le deuxième, puis après, on va travailler sur le troisième», avait-il ajouté.

«Je pense que M. Legault a raté sa sortie hier (lundi)», a renchéri le ministre responsable de la Capitale-Nationale, François Blais, qui participait à une annonce économique avec le maire mardi matin. «On ne le laissera pas tomber le pont de Québec. C’est impossible.»