/news/transports
Navigation

2,3 M$ pour envoyer le traversier NM Camille-Marcoux au recyclage

Le traversier NM Camille-Marcoux part au recyclage.
Photo Agence QMI Le traversier NM Camille-Marcoux part au recyclage.

Coup d'oeil sur cet article

La Société des traversiers du Québec (STQ) a accepté de débourser 2,3 M$ pour envoyer l’ancien traversier de Matane–Baie-Comeau–Godbout, le NM Camille-Marcoux, au recyclage.

La Société d’État avait lancé un appel d’intérêt en juin dernier dans l’espoir de trouver un acheteur.

«La STQ désire identifier des acheteurs dont l’intérêt envers son navire est de l’opérer, l’exploiter ou d’en disposer (recyclage)», indiquait alors l’avis public.

La dernière option est finalement celle qui été retenue. La Marine Recycling Corporation est devenue propriétaire du NM Camille-Marcoux le 24 mars dernier.

La STQ devra toutefois débourser 2,3 M$ pour la préparation du navire, son remorquage jusqu’aux installations de la Marine Recycling Corporation, situées à Port Colborne en Ontario, ainsi que son recyclage.

Le vieux traversier devrait quitter les eaux du port de Québec une fois pour toute à la fin du mois.

Dans un communiqué de presse diffusé jeudi, la directrice sécurité et environnement de la société d’État, Isabelle Beaudoin, fait valoir que cet investissement «démontre le souci constant de la STQ de minimiser son empreinte environnementale ».

«L’environnement a le dos large», constate la CAQ

La STQ souligne également que cette entente permettra «un recyclage sécuritaire, fiable et efficace du navire».

«Le traversier sera complètement démantelé, afin de récupérer les composantes et les matériaux qui peuvent être réutilisés et de disposer des matières résiduelles, de manière sécuritaire», mentionne Mme Beaudoin.

«C’est incroyable! L’environnement a le dos large», a pesté le député caquiste Donald Martel, qui déplore depuis des mois, les dépassements de coûts et la mauvaise gestion à la STQ.

«Le fer qu’il y a là-dedans, ça doit valoir quelques sous, croit le député de Nicolet-Bécancour. [...] Le vase était déjà pas mal plein, mais là, ça ajoute l’insulte à l’injure.»

Navire de relève

Le NM Camille-Marcoux a été remplacé au printemps 2015 par le NM F.-A. Gauthier, un traversier italien flambant neuf qui a coûté 175 M$, alors que le contrat initial était de 148 M$. Il a aussi fallu adapter les quais auxquels le navire s’amarre : des travaux qui ont coûté 45 M$.

Au printemps dernier, la STQ avait ramené le Camille-Marcoux à Matane en tant que navire de relève, le temps de permettre au F.-A. Gauthier de subir une inspection de fin de garantie en cale sèche.

Après les problèmes vécus avec le système de propulsion au GNL, qui a pris des mois avant d’être fonctionnel, la STQ a confirmé le mois dernier qu’il faudra remplacer, aux frais du constructeur naval, les 120 chaises de la cafétéria du nouveau traversier en raison de leur usure prématurée.