/finance/pme
Navigation

Leader canadien en contenants de plastique

Micron veut devenir un chef de file au pays

Quebec
PHOTO STEVENS LEBLANC Bernard Poitras, l’un des actionnaires de Micron.

Coup d'oeil sur cet article

Après 45 ans à fabriquer des contenants de plastique de tous genres, Plastique Micron se sent d’attaque pour devenir le leader de son industrie au Canada.

Et pour y arriver, ses actionnaires, Bernard Poitras et Paul Desmarais, savaient que ça prendrait de gros investissements stratégiques. Les Américains ne cachaient pas leur intérêt pour ce joyau de la région de Chaudière-Appalaches, mais l’équipe de Plastique Micron voulait garder les emplois au Québec.

Bernard Poitras n’a pas hésité à laisser de la place à d’autres actionnaires.

En décembre 2016, Investissement Québec et le Fonds de solidarité FTQ y injectaient des millions de dollars et prenaient le contrôle de 60 % de l’entreprise.

«Nous étions rendus à la croisée des chemins. J’ai 53 ans, mais encore de bien belles années devant moi. Si je voulais doubler le chiffre d’affaires de l’entreprise d’ici cinq ans, il fallait des investissements patients qui nous donneraient les coudées franches», explique le PDG.

Voir grand

Dans le milieu nord-américain des contenants de plastique, la firme Plastique Micron est considérée comme un petit acteur, comparativement aux multinationales affichant un chiffre d’affaires dix fois plus élevé que le sien. Mais avec la fabrication de 170 millions de contenants et de bouchons de plastique par année, elle demeure la plus importante manufacturière du domaine dans l’est du Canada. Quelque 60 % de ses produits sont vendus aux secteurs canadiens des médicaments, des cosmétiques et des soins corporels. Le reste est vendu aux États-Unis et ailleurs dans le monde.

«Notre objectif est de devenir une entreprise avec de multiples services, comme les grosses américaines. Pour cela, nous avons besoin de faire des acquisitions», poursuit Bernard Poitras.

Plastique Micron aspire à détenir cinq sites de production de contenants de plastique d’ici cinq ans, lui permettant de consolider son marché au Québec et ailleurs au Canada. «On vise les grands centres. On veut se rapprocher de nos clients.»

Miser sur la créativité

Fils d’entrepreneurs depuis trois générations, Bernard Poitras n’avait qu’un rêve d’enfant: devenir propriétaire de sa propre entreprise. Peu importe laquelle, du moment qu’elle lui permettrait d’utiliser ses talents de gestionnaire.

Pendant quelques années, il a suivi de près des PME sans relève. C’est par hasard qu’il a découvert que Plastique Micron se cherchait une relève et qu’elle était à vendre. «Je ne connaissais rien du tout à l’industrie. Mais j’y ai vu une occasion que je ne devais pas manquer. Je me suis lancé avec confiance», se rappelle-t-il.

C’est d’ailleurs cette confiance en son produit qui l’a incité à transformer à quelques reprises la composition de son équipe d’actionnaires, toujours dans l’esprit d’aller plus loin.