/finance
Navigation

Le taux directeur demeure inchangé à 0,5 %

bloc situation bank of canada
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA |  La Banque du Canada a maintenu son taux directeur à 0,5 %, mercredi, même si la croissance économique a été plus rapide que prévu au premier trimestre, car elle estime qu’il est encore trop tôt pour conclure que l’économie canadienne suit une trajectoire de croissance soutenable.

La banque a augmenté sa prévision de croissance économique pour cette année, la faisant passer de 2,1 % à 2,6 %, mais elle a réduit le taux de croissance pour 2018 de 2,1 % à 1,9 %.

La croissance anticipée du PIB en 2019 reste à 1,8 %.

Les données récentes indiquent que la croissance économique a été stimulée de façon temporaire par une reprise des dépenses dans le secteur pétrolier et gazier, ainsi que par les effets de l’Allocation canadienne pour enfants sur les dépenses de consommation.

L’investissement résidentiel a été plus vigoureux que prévu et les chiffres sur l’emploi ont été robustes.

Cependant, la croissance des exportations a été inégale et les investissements des entreprises «demeurent bien inférieurs à ce qu’on pourrait attendre à ce stade de la reprise».

La Banque a indiqué qu’elle faisait preuve de prudence dans ses prévisions relatives aux exportations et aux investissements des entreprises pour tenir compte de l’incertitude pesant sur la politique de commerce extérieur susceptible d’être adoptée aux États-Unis.

Selon la banque centrale, «les résultats possibles seront presque certainement négatifs pour le Canada».

Chez Desjardins, on reconnaît que les incertitudes entourant le protectionnisme américain et la compétitivité fiscale des entreprises canadiennes demeurent importantes.

En ce qui concerne le taux d’intérêt directeur, Desjardins ne prévoit pas de changement à court terme.

«Alors que le statu quo devrait se poursuivre tout au long de 2017, l’amélioration des conditions économiques et la résorption graduelle des capacités excédentaires devraient ouvrir la voie à une hausse du taux cible des fonds à un jour en 2018», croit Benoit P. Durocher, économiste principal chez Desjardins.

«Cette remontée, ajoute-t-il, pourrait même survenir un peu plus tôt que nous le pensons actuellement (soit en juillet 2018) si les bonnes nouvelles devaient se poursuivre.»

À la Banque TD, l’économiste Brian DePratto affirme que la Banque du Canada «n’a clairement aucune intention de suivre la Réserve fédérale américaine sur la voie des hausses des taux d’intérêt».

Selon lui, l’évolution des risques entourant l’inflation pourrait plutôt entraîner un report de la première hausse de taux.