/news/currentevents
Navigation

Il aurait pris des médicaments avant de tuer son ex

<b>Alain Gascon</b><br /><i>Accusé</i>
Photo archives Alain Gascon
Accusé

Coup d'oeil sur cet article

GATINEAU | Un homme accusé d’avoir tué la mère de ses cinq enfants avec une fourchette aurait ingurgité une grande dose de médicaments avant de passer à l’acte.

Alain Gascon, 52 ans, subit son procès pour le meurtre d’Angela Distasio en avril 2014 à Gatineau, avec ce qui semble être une fourchette à barbecue.

Les policiers qui ont procédé à l’arrestation de Gascon ont témoigné mardi et ont dit que l’accusé était incohérent dans ses propos.

Les forces de l’ordre ont retrouvé un flacon de médicaments vide dans le véhicule de Gascon.

Propos incriminants

Dans les heures qui ont suivi son arrestation, celui-ci, visiblement sous l’influence d’une substance, aurait tenu des propos incriminants, selon les policiers qui l’escortaient.

«Ça fait assez longtemps qu’elle me cherchait, cette femme-là», aurait-il dit aux policiers. «Je viens de commencer à réaliser», a également confessé l’accusé.

Le 20 avril 2014, Gascon s’est rendu chez sa fille les mains recouvertes de sang en disant: «Je pense que j’ai tué ta mère». Le gendre de l’accusé a aussitôt appelé les policiers. Gascon a rapidement fait des aveux. «Je l’ai dardée», a-t-il dit aux autorités.

Gascon a été accusé de meurtre prémédité. Il reconnaît avoir tué son ex-femme, mais la défense tente de faire réduire les accusations à celles de meurtre non prémédité.

Avant d’être mis en détention, l’accusé aurait été transporté à l’hôpital où il aurait demandé des nouvelles de son ex-femme. À son réveil, Gascon aurait demandé aux policiers qui le surveillaient pourquoi il n’était pas déjà en prison.

Traces de sang

Lors de son arrestation, Alain Gascon avait les mains recouvertes de sang. Les policiers lui ont donc mis des gants afin de garder intacte la preuve pour faire les expertises.

À son arrivée en cellule, malgré l’interdiction d’enlever les gants, Gascon s’est lavé les mains et le visage à quatre reprises.