/news/currentevents
Navigation

Il aurait traversé l’Atlantique pour s’en prendre à Bissonnette

Le Marocain d’origine aurait cherché à venger les « martyrs »

Il aurait traversé l’Atlantique pour s’en prendre à Bissonnette
Photo Stevens Leblanc

Coup d'oeil sur cet article

Le présumé neveu d’une des victimes de l’attentat de la mosquée de Québec aurait pris un avion de Londres dans le but de venir s’attaquer à la famille Bissonnette et ainsi venger ceux qui sont tombés sous les balles.

Détenteur d’un passeport italien, Mohamed-Amine Ben-Faras, 33 ans, a été arrêté ce samedi de Pâques à Québec pour être accusé de menaces de mort contre l’auteur présumé de l’attentat de la mosquée, Alexandre Bissonnette et les membres de sa famille. Mercredi dernier, Ben-Faras, aurait d’abord pris un vol de Londres pour se rendre à Québec.

Une fois sur place, le Marocain aurait ensuite tenté d’obtenir des informations dans le but de localiser Alexandre Bissonnette ainsi que sa famille. Ben-Faras aurait affirmé vouloir venger les martyrs – à savoir les victimes – de la tuerie de la mosquée survenue le 29 janvier dernier. Le suspect n’avait aucune arme en sa possession lors de son arrestation.

Dénoncé par la communauté

C’est une personne, témoin des menaces lancées par le suspect qui aurait alerté la police de Québec. Plusieurs membres de la communauté musulmane de Québec s’étaient aussi inquiétés des propos de l’étranger.

Ben-Faras aurait notamment affirmé qu’il était le neveu d’une des six victimes de l’attentat de Québec, à savoir l’épicier également d’origine marocaine, Azzedine Soufiane.

Le président de la mosquée de Québec, Mohamed Yangui s’est dit heureux de cette dénonciation. «Je suis content de ma communauté, ils ont répondu à leur devoir.»

Après avoir reçu les informations de la personne plaignante le vendredi 14 avril, l’individu «a été localisé le lendemain en matinée [samedi]» selon le SPVQ.

Le suspect fait donc face à une accusation de «menaces de causer la mort ou des lésions corporelles à Alexandre Bissonnette et les membres de sa famille». Il y a eu objection à sa remise en liberté jusqu’à son retour en cour jeudi.

Détenu au même endroit

L’homme qui s’exprime en français a lancé au juge «Monsieur, moi je veux aller en liberté maintenant», lorsqu’il a compris qu’il demeurait détenu.

Le procureur Sabin Ouellet s’est aussi assuré que le suspect ne se trouve pas en contact avec Bissonnette, lui aussi à la prison d’Orsainville. De plus, les parents de l’accusé, qui vivent aux États-Unis ont tenté de rejoindre leur fils à Québec. Ces derniers ont été interceptés, puis retournés à New York sans accusation.

Le maire de Québec a encensé le travail «impeccable» des policiers qui ont procédé rapidement à l’arrestation de l’individu menaçant. «On m’a tenu au courant. C’est un événement complètement isolé. Les nouvelles que j’ai, c’est qu’il n’est en lien avec aucun groupe», a déclaré Régis Labeaume mardi.

—Avec la collaboration de Jean-Luc Lavallée

L’attaque au Centre culturel islamique de Québec

  • 29 janvier 2017
  • 6 hommes décédés
  • 17 orphelins
  • 5 blessés graves
  • 11 chefs d’accusation