/news/transports
Navigation

Montréal instaure les taxis Bonjour

L’arrivée des taxis bonjour amène une uniformisation et ajoute à l’expérience client des taxis de Montréal.
Charlotte R. Castilloux L’arrivée des taxis bonjour amène une uniformisation et ajoute à l’expérience client des taxis de Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Consciente qu'adhérer à la nouvelle image des taxis pourra coûter cher à une industrie déjà ébranlée, la Ville de Montréal tente de trouver une façon d'alléger le fardeau de ceux qui voudront transformer leur véhicule en taxi Bonjour.

Le Bureau du taxi de Montréal (BTM) soutient être présentement en discussion avec le ministère des Transports pour trouver une façon de financer une partie de l'opération.

Dimanche, le maire de Montréal, Denis Coderre, et le BTM dévoilaient la nouvelle image de marque qu’ils suggèrent à l’industrie.

Tout comme New York et ses Yellow Cab, Montréal souhaite que ses taxis Bonjour deviennent un emblème de la ville. Les véhicules deviendront donc bicolores. Recouverts d’un adhésif blanc avec le capot et le toit colorés, ils arboreront le mot «Bonjour» sur les portières se voulant ainsi plus chaleureux et invitant. Afin d’assurer un élément de différenciation chez les acteurs, les différentes entreprises seront libres de choisir la couleur qui les distinguera tout en respectant l’identité visuelle.

Non obligatoire

Pour le moment, les chauffeurs indépendants et les entreprises qui veulent s’agencer à la flotte des taxis Bonjour, doivent eux-mêmes payer pour les modifications de leurs véhicules. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’adhésion à cette nouvelle image reste sur une base volontaire pour les propriétaires. « On n’impose rien pour l’instant, mais on compte sur la participation de tous pour améliorer notre industrie », affirme M. Coderre.

Ce mouvement est le bienvenu chez les acteurs de l’industrie du taxi, mais pas sans questionnement. « On ne peut pas être contre moderniser l’image de l’industrie, c’est très important. Mais notre crainte est que ça devienne obligatoire et qu’il n’y aille pas d’aide financière », explique Georges Tannous, président du Comité provincial de concertation et de développement de l’industrie du taxi (CPCDIT).

Les coûts pour l’installation des adhésifs pourraient s’élever à jusqu’à 1 500 $ selon le modèle de voiture. Selon Alexandre Taillefer, ex-dragon et fondateur de Téo Taxi, cet investissement est une obligation pour les chauffeurs qui souhaitent rester dans la course. « S’ils veulent compétitionner avec des joueurs importants comme UBER, il faut qu’ils comprennent qu’il y a deux volets essentiels : le marketing et la technologie. Et ça, ça prend des investissements », affirme celui qui possède aussi Taxi Diamond et Taxi Hochelaga.

Inspiré par Téo

Le look des taxis Bonjour s’harmonisera au design déjà établi des Téo Taxis. « Tout le monde s’inspire, c’est une question de cohérence et, évidemment, Téo Taxi est dans le même style et pourra ajouter le “ Bonjour” s'il le désire », explique le maire. Effectivement, Téo prévoit joindre le mouvement et rester un leader dans la modernisation de l’industrie du taxi. « D’ici un mois et demi, toutes les voitures porteront le “Bonjour” », affirme M. Taillefer en précisant que déjà six véhicules de la flotte ont adopté le « Bonjour ».

Les chauffeurs qui ont déjà adhéré à cette image sont également satisfaits. « C’est une très bonne chose de donner une image aux taxis. Mais on veut que les instances gouvernementales nous aide à y adhérer », explique Lahouari Belmadani et Sid Belguermi, tous deux chauffeurs d’un taxi Bonjour.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions