/world/usa
Navigation

Les 100 faussetés de Donald Trump

Le 45e président des États-Unis, Donald Trump.
Photo AFP Le 45e président des États-Unis, Donald Trump.

Coup d'oeil sur cet article

Mégalomane, intempestif, narcissique... les qualificatifs fusent depuis l’arrivée au pouvoir le 20 janvier 2017 du 45e président des États-Unis, Donald Trump. Qu’en est-il des 100 premiers jours à la Maison-Blanche du plus riche président de l’histoire? Si la guerre avec les médias se poursuit, la liste des mensonges ou faussetés qu’il véhicule s’allonge aussi.

Aujourd’hui marque le 100e jour de l’investiture du président Donald Trump.

Ses déclarations continuent d’être scrutées à la loupe et le Toronto Star écrit qu’il formule 2,2 fausses allégations par jour.

Rapidement, la conseillère spéciale de Donald Trump, Kellyanne Conway, a inventé le terme des «faits alternatifs», afin de défendre le mensonge du porte-parole de la Maison-Blanche, Sean Spicer, qui avait affirmé que l’audience de l’investiture du nouveau président était la plus grosse de l’histoire.

Mais encore, les réactions spontanées du président Trump sur le fil Twitter n’ont pas diminué depuis trois mois.

Haine viscérale envers des médias

Sa haine viscérale envers à peu près toute la classe médiatique américaine a également incité plusieurs journalistes à répertorier jour après jour tous les mensonges, faussetés ou inexactitudes diffusés et répétés publiquement par le nouveau président.

Par exemple, le New York Times et le Washington Post ont investi d’énormes sommes d’argent et de temps afin de contourner le problème.

«Les reporters devront explorer les informations en dehors de leurs cercles habituels à Washington [...] Il est temps de passer derrière les lignes ennemies», écrit Jack Shafe, journaliste pour Politico. De grands médias traditionnels se sont d’ailleurs vu interdire l’accès à la Maison-Blanche en février.

« Il agit de façon délibérée »

Thierry Giasson, chercheur principal du Groupe de recherche en communication politique, à l’Université Laval, croyait pourtant que Donald Trump allait corriger son style en intégrant ses fonctions.

«Ce n’est pas le cas du tout», admet-il, assurant que Trump agit toujours de façon délibérée.

«Il n’y a pas d’improvisation. Tout ce qu’il fait, il le fait à dessein. Dans sa tête à lui, il ne se trompe pas», a analysé le professeur, indiquant que les médias doivent se défendre et prouver leur intégrité. «Confronté à un président qui dit que les médias mentent constamment à la population, c’est aussi le devoir des médias de montrer que ce n’est pas eux qui mentent», dit-il.

Pour Louis Massicotte, du Département de science politique de l’Université Laval, Trump est capable d’inventer n’importe quoi afin d’asseoir son autorité. «S’il dit qu’il pleut en plein soleil, il s’attend à ce que tout le monde autour ouvre leur parapluie pour ne pas lui déplaire. Pour des hommes de pouvoir comme lui, les faits n’existent pas. Ce qui existe, c’est ce qu’ils disent», affirme-t-il.

— Avec la collaboration de Nicolas Lachance


1. 20 janvier. Après avoir été assermenté, Trump affirme qu'il n'avait pas plu, alors que la pluie a commencé dès le début de son discours.

2. 20 janvier. Trump affirme que la foule était énorme, alors qu'elle était beaucoup plus modeste que lors de la cérémonie d’inauguration de Barack Obama.

3. 20 janvier. Dès sa première journée, Trump dit que le taux d’homicides est en hausse de 50 % à Washington. La police indique plutôt une baisse de 17 % entre 2015 et 2016.

4. 21 janvier. Trump déclare que la foule, lors de son inauguration, «ressemblait à un million et demi de personnes», alors que ce chiffre est inexact.

Le 45e président des États-Unis, Donald Trump.
AFP

5. 21 janvier. Trump répète que la pluie a cessé lors de son discours d’inauguration, alors que c'est faux.

6. 21 janvier. Devant la CIA, Trump dit qu'il est apparu à la une du Time Magazine 14 ou 15 fois, alors qu'il s’y est retrouvé 11 fois.

7. 21 janvier. Il dit également qu’il détient le record d’apparitions en une du Time Magazine, alors que le président Richard Nixon y est apparu 55 fois.

8. 21 janvier. Toujours à propos de sa cérémonie d’assermentation, Trump affirme que c’est la première fois qu’une pellicule protectrice a dû être disposée sur le gazon afin de le protéger de la foule. Or, c’était le cas en 2013.

9. 21 janvier. Trump soutient que 420 000 personnes ont pris le métro pour se rendre à son assermentation, contre 317 000 pour celle d’Obama. Dans les faits, le métro de Washington a été utilisé 783 000 fois le jour de l’assermentation d’Obama.

10. 25 janvier. Sur ABC, Trump répète avoir obtenu la plus grande foule de l'histoire lors de son discours inaugural, alors qu'Obama a attiré beaucoup plus de gens.

11. 25 janvier. Sur ABC, Trump déclare qu'il a obtenu l'une des plus grandes victoires pour le nombre de comtés. Dans les faits, Trump a perdu le vote populaire et il est loin du record de Nixon.

12. 25 janvier. Sur ABC, Trump affirme que le site Healthcare.gov a coûté 5 milliards $, alors qu'une analyse de Bloomberg établit ce coût à un peu plus de 2 milliards $.

13. 25 janvier. Sur ABC, Trump soutient que les électeurs illégaux ont tous voté pour Hillary. Or, l'existence même de ces électeurs illégaux est mise en doute et le bulletin de vote est évidemment secret.

14. 25 janvier. Sur ABC, Trump souligne que deux personnes ont été tuées au cours du discours d’adieu de Barack Obama à Chicago, alors qu'il n'y a pas eu de fusillade selon les informations de la police.

15. 25 janvier. Trump dit au journaliste d’ABC David Muir que seulement 17 % de la population approuve le travail des médias, alors que ce taux est plutôt de 19 %, selon un sondage du Wall Street Journal.

16. 25 janvier. Le président américain affirme que les gens qu’on a vus applaudir et crier lors de son discours devant la CIA ne faisaient pas partie de son entourage. CBS a cependant révélé qu’une quarantaine de personnes dans l’assistance ne faisaient pas partie de la CIA, mais étaient bel et bien des partisans.

17. 26 janvier. Trump dit que le nombre de meurtres «augmente terriblement» à Philadelphie, tandis que la tendance est à la baisse, passant de 391 en 2007 à 277 en 2016, selon les chiffres fournis par la police au Washington Post.

18. 26 janvier. Trump affirme que le mur d’Israël bloque 99,9 % des gens qui tentent d’y entrer illégalement. Le chiffre exact est inconnu, mais selon une enquête du New York Times, le taux de réussite est bien inférieur, car des centaines de personnes sont détenues chaque semaine pour avoir traversé le mur.

19. 27 janvier. Trump laisse entendre qu'il était en Écosse la veille du vote sur le Brexit, alors qu'il y était plutôt le lendemain.

20. 27 janvier. Il dit qu’il a obtenu environ 84 % du vote des Américains d’origine cubaine, tandis que dans les faits, ce serait plutôt 54 %, selon un sondage réalisé à la sortie des bureaux de vote.

21. 28 janvier. Le président américain écrit sur Twitter à plusieurs reprises que le New York Times a été forcé de s’excuser pour la couverture de sa campagne, ce qui a été démenti par le journal.

Le 45e président des États-Unis, Donald Trump.
AFP

22. 29 janvier. Trump dit qu’Obama a suspendu les visas américains pour les réfugiés irakiens pendant six mois en 2011. Or, des réfugiés irakiens ont été accueillis aux États-Unis chaque mois de 2011, même si le processus a effectivement été resserré après que deux réfugiés aient été arrêtés pour terrorisme.

23. 30 janvier. Trump évoque à plusieurs reprises des économies de 600 M$ sur le programme des avions F-35, alors que le prix a été réduit bien avant son élection, selon plusieurs experts de l'aviation et de la défense.

24. 1er février. Trump affirme qu'il ne regarde pas CNN et qu'il boycotte le réseau, alors qu'il a souvent commenté son contenu.

25. 2 février. Sur Facebook et Twitter, Trump dit avoir nommé la première femme comme adjointe à la CIA, Gina Haspel, alors qu'elle est plutôt la deuxième femme à accéder à cette fonction après Avril Haines, nommée par Obama.

Le 45e président des États-Unis, Donald Trump.
Reuters

26. 2 février. Trump affirme sur Twitter qu’Obama a accepté «des milliers d’immigrants illégaux australiens», tandis qu’il s’agit de 1250 réfugiés .

27. 2 février. Trump affirme que le Koweït a pris la bonne décision en n’accordant pas de visa aux gens en provenance de pays à majorité musulmane pour une période de cinq ans. Le pays a démenti rapidement ces propos.

28. 3 février. Sur Twitter, Trump affirme que sa conversation avec le premier ministre australien a été très courtoise, alors que le ton aurait été plutôt hostile, selon une personne de l’entourage de Trump qui s’est confiée au Washington Post.

29. 5 février. Dans le cadre du Super Bowl, Trump dit que la Californie a voté pour lui, car l’État est «hors de contrôle». Pourtant, sa rivale démocrate Hillary Clinton y a remporté 61,5 % des votes, soit près du double des 31, 5 % qu’il a obtenus.

30. 5 février. Trump dit qu’il a toujours été contre la guerre en Irak. Il avait pourtant dit, dans une entrevue à la radio avec Howard Stern en 2002, qu’il soutenait l’invasion.

31. 6 février. Sur Fox News, Trump dit que les États-Unis ont donné 150 milliards $ dans l’entente pour restreindre le programme nucléaire iranien. Selon le département du Trésor, on parlerait plutôt de 100 à 125 G$.

32. 6 février. Trump affirme que des attentats terroristes ne sont même pas signalés par la presse, alors que les attaques en Europe sont largement rapportées.

33. 6 février. Sur Fox News, Trump laisse entendre que l’État islamique n'aurait pas été formé avant le retrait des troupes américaines d'Irak, qui a eu lieu en 2011, alors que le groupe a des racines aussi loin qu'en 1999.

34. 7 février. Donald Trump avance devant l’Association nationale des shérifs que le taux d’homicides est le plus haut aux États-Unis depuis 47 ans. Selon le FBI, le taux de meurtres est presque à son plus bas.

35. 7 février. Trump dit que le démocrate Bernie Sanders a été coupé de CNN pendant qu’il parlait pour avoir qualifié le média de «Fake News». Dans les faits, le sénateur se moquait de la façon dont Trump traite les médias de «Fake News», selon les images intégrales rendues publiques par CNN.

36. 7 février. Sur Twitter, Trump dit que ç’a été très long avant que tout son cabinet soit en place et blâme les démocrates pour les délais. Mais selon le Washington Post, la mise en place de l’administration Obama a été encore plus longue.

37. 9 février. Trump dit que Chris Cuomo de CNN n’a pas questionné le sénateur Richard Blumenthal sur un mensonge au sujet de son service militaire au Vietnam. Or, c’était le premier sujet de l’entrevue.

38. 16 février. Trump affirme que General Motors investit des milliards de dollars pour garder des emplois qui auraient été perdus s’il n’avait pas été élu président des États-Unis. Pourtant, la promesse de GM d’investir un milliard de $ dans les installations américaines date d’avant son élection, selon le site Bloomberg.com.

39. 16 février. Trump annonce que Walmart va créer 10 000 emplois aux États-Unis grâce aux mesures mises en place par son administration. Toutefois, l’annonce de Walmart avait déjà été faite en octobre 2016, quelques mois avant son élection.

40. 16 février. Trump mentionne qu'il donne une conférence de presse chaque fois qu'il fait un discours, alors qu'il n'a pas fait une seule conférence de presse au cours des trois derniers mois de sa campagne.

41. 16 février. Trump laisse entendre que sa victoire au collège électoral est la plus grande victoire depuis Reagan, alors que Bush, Clinton et Obama ont gagné par des marges plus importantes.

42. 16 février. À la Maison-Blanche, Trump dit aux médias qu’ils ont moins la confiance de la population que les politiciens. Selon un sondage mené par Gallup, 20 % des Américains font confiance aux journaux et 9 % aux membres du Congrès.

43. 16 février. Trump dit que son secrétaire au Travail, Alex Acosta, a toujours été membre du National Labor Relations Board, mais il ne l’a en fait été qu’un an, de 2002 à 2003.

44. 16 février. Trump dit qu’il n’est presque jamais appelé par les médias, même quand les journalistes parlent de lui. Pourtant, les médias affirment qu’ils tentent toujours d’avoir les commentaires du président.

45. 16 février. Trump affirme qu’il a toujours dit à Obama que c’était bien de jouer au golf avec des dirigeants d’autres pays. Toutefois, il est connu pour avoir dénoncé à 11 reprises sur Twitter que son prédécesseur jouait au golf.

46. 16 février. Le président dit que Hillary Clinton a donné à la Russie 20 % de l’uranium américain. Hillary Clinton n’a pourtant jamais eu le dernier mot sur cette entente, et le département d’État dans lequel elle travaillait n’est qu’une des neuf entités gouvernementales qui ont négocié l’accord, selon le Washington Post.

47. 18 février. Trump évoque un attentat en Suède la veille, alors qu'aucun incident de sécurité n'a été rapporté là-bas la nuit précédente.

48. 18 février. Trump affirme que la création d’emplois va tellement bien que c’est «du jamais vu depuis longtemps». Selon les chiffres du Wall Street Journal, il y a effectivement eu une augmentation de 227 000 emplois en janvier 2017, mais il y avait aussi eu une augmentation de 233 000 emplois en février 2016 et de 275 000 en juillet 2016.

49. 23 février. Il parle d'un déficit commercial de 500 milliards $ avec la Chine, alors que le chiffre était de 347 milliards $ en 2016.

50. 23 février. Trump parle d'un déficit commercial de 70 milliards $ avec le Mexique, alors que le déficit commercial américain avec le Mexique était de 63 milliards $ en 2016.

51. 23 février. Trump dit que les États-Unis n’ont aucune entente avantageuse avec un autre pays. Pourtant, selon la Commission des échanges internationaux, la balance des échanges est positive pour les États-Unis dans un cas sur deux.

52. 23 février. Trump mentionne que Gary Cohn, son directeur du Conseil économique, aurait payé 200 M$ d'impôts en vendant ses actifs afin d’occuper sa nouvelle fonction, alors qu'il aurait plutôt vendu des actions valant plus de 200 M$.

53. 24 février. Trump prononce un discours à une conférence militante de la droite et affirme que la salle est remplie, qu’il y a des files de gens à l’extérieur, longues comme six pâtés de maisons. Or, il n’y a personne à l’extérieur, selon les photos prises par l’éditrice de Vice News, Gabrielle Bluestone.

54. 24 février. Selon Trump, l'Obamacare couvre très peu de gens, alors que 20 millions de personnes ont des assurances avec ce programme.

55. 24 février. Trump dit avoir été appuyé par les services frontaliers et par le ICE (US Immigration and Customs Enforcement), mais ces deux organisations gouvernementales n’ont pas le droit d’appuyer des candidats aux présidentielles, et elles ne l’ont pas fait.

56. 24 février. Trump dit que le Washington Post invente des sources, dans un article sur des discussions entre le conseiller de la sécurité nationale Michael Flynn et l’ambassadeur de la Russie. Le journal a démenti ces allégations, même si Michael Flynn a finalement été congédié à la suite des révélations.

57. 27 février. Trump affirme que plusieurs femmes citées à son sujet à la une du New York Times se sont plaintes du traitement journalistique. Dans les faits, une seule s’est plainte parmi les douzaines interviewées, rapporte le quotidien.

58. 27 février. Il affirme que le journaliste Michael Barbaro, qui a écrit l’article sur son comportement envers les femmes dans le New York Times, a un site web qui démolit Donald Trump et qu’il ne devrait pas être journaliste s’il n’est pas objectif. Or, Michael Barbaro n’a pas de site web.

59. 28 février. Trump s’attaque à nouveau au New York Times, en affirmant que la direction a eu à écrire une lettre d’excuses à ses lecteurs à la suite de la couverture de la campagne électorale. Or, la lettre à laquelle il fait référence n’en est pas une d’excuses, mais bien une sorte de profession de foi envers l’importance du travail journalistique.

60. 28 février. Selon Trump, le budget militaire représente l'une des plus fortes hausses des dépenses de défense dans l'histoire américaine, alors que l'augmentation est en fait assez moyenne, selon Todd Harrison, directeur pour l’analyse du budget de la défense du Centre pour les études stratégiques et internationales aux États-Unis.

61. 28 février. Trump dit que les États-Unis ont laissé leurs frontières ouvertes à quiconque veut entrer. Pourtant, les services frontaliers ont arrêté 415 816 immigrants illégaux en 2016, 337 117 en 2015 et 486 651 en 2014.

62. 28 février. Trump cite l'Académie nationale des sciences pour dire que le système d'immigration actuel coûte aux contribuables américains plusieurs milliards de dollars par an. Toutefois, ce rapport a révélé que les immigrants de première génération engendrent des coûts pour le gouvernement, qui sont ensuite équilibrés par leurs descendants, ce qui a un effet positif net pour l'économie américaine.

63. 3 mars. Trump trouve pathétique que les démocrates n’aient pas encore approuvé l’entièreté de la composition de son équipe. Dans les faits, ce sont plutôt les délais administratifs qui sont en cause.

64. 4 mars. Trump affirme que l’administration Obama a écouté ses lignes téléphoniques. Cependant, ni le FBI ni la NSA ou toute autre organisation n’a corroboré ses dires.

65. 6 mars. Sur Facebook, Trump soutient que la compagnie ExxonMobil va investir 20 milliards $ et créer 45 000 emplois grâce à ses politiques. Les politiques de Trump ont peut-être eu un certain impact sur les décisions d'Exxon, mais il en exagère beaucoup l’ampleur, selon les experts.

66. 7 mars. Trump affirme que l’administration Obama a libéré 122 prisonniers dangereux de la prison de Guantanamo Bay, mais la grande majorité de ces libérations dataient de l’ère Bush, selon le Miami Herald.

67. 15 mars. Il accuse le journaliste David Cay Johnston de mentir. Ce dernier affirmait avoir trouvé les déclarations fiscales de Trump dans sa boîte aux lettres. L’administration Trump a finalement confirmé l’authenticité des documents.

68. 15 mars. Lors d'un discours, Trump souligne que le déficit commercial américain a atteint près de 800 milliards $ en 2016, alors qu’il était de 502 milliards $.

69. 15 mars. Trump affirme avoir autorisé la construction de l’oléoduc Keystone. Cependant, selon les communications de la Maison-Blanche, le projet n’est pas encore autorisé.

70. 15 mars. À quelques reprises, Trump répète avoir été victime d'écoute électronique par l’administration Obama. Il n’y a toujours pas de preuve de cette affirmation à ce jour.

71. 17 mars. Lors d’une conférence de presse conjointe avec la chancelière allemande Angela Merkel, le président a indiqué que l’Allemagne a très bien réussi dans ses accords commerciaux avec les États-Unis. Or, l’Allemagne n'a pas d'accord commercial avec les États-Unis.

72. 20 mars. Trump affirme qu'il est en poste depuis 52 jours, alors que le décompte est de 60 jours.

73. 20 mars. Il prétend que beaucoup des meilleurs et des plus brillants médecins quittent la profession en raison d'Obamacare. Il n'y a aucune preuve de cette affirmation.

74. 20 mars. Selon Trump, la NSA et le FBI disent au Congrès que la Russie n'a pas influencé le processus électoral. Or, ils n’ont rien dit de tel.

75. 22 mars. Après avoir faussement affirmé qu’un attentat terroriste avait eu lieu en Suède, Trump en rajoute, soulignant que les Suédois étaient devenus fous le lendemain de sa déclaration en faisant une émeute, où il y a eu des morts et des problèmes. Or, personne n'est mort dans l'émeute suédoise.

76. 22 mars. Il soutient que personne ne savait que les alliés de l’OTAN ne payaient pas leur part militaire. Pourtant, Barack Obama et d‘autres Américains ont souvent réprimandé leurs alliés pour avoir omis de respecter leurs engagements. Le fait que plusieurs pays de l'OTAN ne respectent pas la ligne directrice est largement connu.

77. 22 mars. Le président dit avoir prédit le Brexit à la veille du référendum en Angleterre. En réalité, il a recommandé le Brexit, mais ne l’a jamais prédit.

78. 22 mars. Il prétend qu’un très grand nombre de personnes ont voté illégalement. Or, tous les experts crédibles, y compris des secrétaires d'État républicains, disent que le nombre de personnes qui votent illégalement est faible.

79. 22 mars. Le président soutient qu’il y avait plus de 25 000 personnes à un rassemblement deux jours plus tôt dans le Kentucky à l’intérieur d’un stade de basketball. Après vérification, la capacité de l’endroit est de 18 000 personnes au maximum.

80. 22 mars. Trump affirme que les sondages du New York Times et de CNN étaient extrêmement mauvais et qu’ils se sont révélés totalement faux. Or, le sondage final du New York Times était presque exact: Hillary Clinton y était créditée d’une avance de 3 % dans le vote populaire. Elle l’a finalement gagné par 2 %. Quant au sondage final de CNN, ses résultats étaient à l’intérieur de la marge d'erreur.

81. 24 mars. En entretien avec le Washington Post, Trump explique qu'il n'a jamais dit qu'il allait abroger l'Obamacare dans les 61 premiers jours, alors qu'il a promis à plusieurs reprises de le faire «immédiatement».

82. 3 avril. Trump affirme que Hillary Clinton a reçu d’avance les réponses du débat, alors qu’il n’y a pas de bonne réponse dans un débat.

83. 4 avril. Trump affirme que les gens qui se cherchent un emploi et qui n’en trouvent pas sont considérés comme «employés» dans les statistiques, ce qui est faux.

84. 4 avril. Trump affirme que rien ne s’est construit avec les 787 milliards $ injectés par Obama pour stimuler l’économie en 2009. Or, des dizaines de milliards ont servi précisément à la construction de routes, de ponts et d’infrastructures de transport en commun, selon des données du Sénat et du Congrès.

85. 4 avril. Lors d'une rencontre, Trump souligne qu'il a le soutien de presque tout le monde présent dans la salle, alors qu'on peut entendre des huées sur la vidéo du discours.

86. 7 avril. Trump affirme que 84 criminels étrangers ont été arrêtés dans le nord-ouest de l’océan Pacifique. Dans les faits, ils sont plutôt 60 à avoir ainsi été épinglés, selon le US Immigration and Customs Enforcement.

87. 11 avril. Trump affirme qu’il ne connaissait pas son directeur de campagne Steve Bannon avant la course à la présidence. Or, l’agence Associated Press a fait la démonstration que les deux hommes se connaissaient déjà.

88. 12 avril. Trump dit que la Corée a déjà constitué une partie de la Chine, une fausseté qui a choqué les Sud-Coréens.

89. 12 avril. Trump déclare que le programme Obamacare est terminé, alors qu’il fonctionne toujours et que des milliers d’actes médicaux sont encore fournis aux citoyens américains qui en bénéficient.

90. 12 avril. Le président critique Obama, en soutenant que la bataille de Mossoul, en Irak, contre l’État islamique ne devait durer qu’une semaine. En réalité, la bataille a toujours été présentée comme une lutte qui serait longue et difficile.

91. 12 avril. Donald Trump affirme que l’OTAN a décidé de combattre le terrorisme en raison de ses demandes et de ses critiques. Pourtant, l’OTAN combat depuis longtemps le terrorisme.

92. 16 avril. Il déclare avoir réalisé qu'il était presque impossible pour un républicain de gagner facilement le Collège électoral. Or, il n'a jamais été «presque impossible» pour un républicain de gagner par une large majorité. Depuis presque 150 ans, chaque président républicain, à l'exception de George W. Bush et Richard Nixon, a gagné une part plus importante du Collège électoral que Trump.

93. 17 avril. Par deux fois sur Twitter, Trump écrit que le démocrate Jon Ossof veut protéger les criminels, permettre l'immigration clandestine et augmenter les taxes, alors qu'il n'y a aucune preuve de ces affirmations.

94. 18 avril. Trump soutient que les faibles politiques d'immigration clandestine sous Obama ont permis aux gangs de rue comme le MS 13 de se former dans les villes à travers le pays. Or, le MS 13 a vu le jour dans les années 1980.

95. 21 avril. Il affirme qu’il pense qu'on peut faire le mur avec le Mexique pour 10 milliards $ ou moins. Dans les faits, le coût serait plutôt de 21 milliards $, selon le département de la Sécurité intérieure.

96. 23 avril. Trump affirme qu’il a presque complété les 38 engagements qu’il avait pris auprès de ses électeurs pour ses 100 premiers jours. Or, une dizaine seulement ont été abordés.

97. 23 avril. Trump dit n’avoir jamais entendu parler de WikiLeaks. Un journaliste de CNN a pourtant découvert une entrevue dans laquelle Trump qualifiait WikiLeaks de disgracieux.

98. 23 avril. Trump affirme que Hillary Clinton a englouti 2,2 milliards $ dans sa campagne présidentielle. Selon Bloomberg, elle a dépensé la moitié de cette somme, soit 969 millions $.

99. 23 avril. Trump dit que le juge de la Cour suprême Neil Gorsuch a fini premier de sa promotion à Harvard. Vérification faite, il n’était même pas dans les dix premiers centiles de sa promotion.

100. 23 avril. Trump affirme qu’il y avait 9,2 millions de téléspectateurs dimanche dernier quand il est passé à l’émission matinale de Fox News. Selon la chaîne, l’émission a attiré 2,3 millions de personnes.

Cette liste est tirée principalement du Toronto Star (thestar.com), réalisée par le journaliste Daniel Dale, du bureau de Washington. En date du 25 avril 2017, cette liste regroupait plus de 200 mensonges. Les affirmations proviennent du fil Twitter, d'entrevues avec différentes sources, comme l'Associated Press, le Washington Post, le Time Magazine, et de plusieurs réseaux de télévision, comme FOX ou ABC. Les propos proviennent notamment des conférences de presse, des déclarations à la Maison-Blanche ou de divers rassemblements partisans. Ont collaboré aux textes et recherches Amélie St-Yves, Nicolas Lachance et Jean-François Racine. Selon thestar.com, le président Donald Trump émet 2,2 fausses allégations par jour.