/opinion/blogs/columnists
Navigation

Retour sur la première ronde du repêchage

NFL Draft
AFP

Coup d'oeil sur cet article

La première ronde du repêchage de la NFL est derrière nous. Avant de revenir sur l'ensemble du repêchage pour toutes les équipes, voici mon évaluation bien personnelle des 32 choix qui ont fait du premier tour une soirée fertile en rebondissements.

1. Browns de Cleveland

Myles Garrett, ailier défensif (Texas A&M): Ne nous attardons pas longuement sur cette sélection connue d'avance. C'était le choix tout à fait logique. Un joueur qui pourrait subitement transformer la défensive des Browns et amener cette unité à se faire respecter. Une note parfaite!

2. Bears de Chicago

Mitch Trubisky, quart-arrière (North Carolina) : J'ai expliqué dans ma chronique pourquoi je considérais que les Bears avaient pris un pari trop risqué avec Trubisky. Les Bears ne viennent-ils pas de débourser une somme importante pour Mike Glennon? Pourquoi ne pas lui laisser une véritable chance de se faire valoir, sans qu'il ait à regarder au-dessus de son épaule à la moindre contre-performance? Et pourquoi une telle rançon pour avancer d'un seul rang? Pire encore, selon les informations qui émanent de différents médias, les 49ers n'ont reçu aucune autre offre que celle des Bears pour le deuxième choix. Les Bears affichent trop de trous pour consacrer autant, si tôt au repêchage, à un quart-arrière dont le potentiel est intéressant, mais incertain.

3. 49ers de San Francisco

Solomon Thomas, ailier défensif (Stanford) : Un autre choix très logique! Thomas n'a pas la même explosion que Garrett, mais il sera utile dans toutes les facettes du jeu. Il semble aussi une valeur sûre côté éthique de travail et attitude. La seule question dans son cas, mais ça n'a rien à voir avec son jeu, c'est que les Niners viennent d'utiliser leurs premiers choix des trois dernières années sur des joueurs de ligne défensive. Mettent-ils trop tous leurs oeufs dans le même panier?

4. Jaguars de Jacksonville

Leonard Fournette, porteur (LSU) : Je sais que la mode est à dire qu'il ne faut pas prendre des porteurs de ballon aussi tôt dans le repêchage. Permettez-moi respectueusement de ne pas être d'accord avec cette façon de voir les choses dans le cas de Fournette. Son style enragé donnera du mordant à une équipe qui en a besoin et à un quart-arrière (Blake Bortles) qui ne semble pas dans le moule de ceux qui peuvent transporter leur attaque à eux seuls. Personnellement, j'adore cette sélection pour ce qu'elle représente pour l'attaque des Jags.

5. Titans du Tennessee

Corey Davis, receveur (Western Michigan) : La production universitaire est assurément là, mais je suis d’avis que les Titans auraient obtenu davantage sur leur investissement avec le maraudeur Jamal Adams. Rien contre Davis, mais les chances d’obtenir un joueur de talent d’exception semblaient plus grandes avec Adams que Davis. Je ne dis pas que c’est un mauvais choix, mais Adams me semblait une valeur plus sûre.

6. Jets de New York

Jamal Adams, maraudeur (LSU) : J’ai déjà dit ce que je pensais d’Adams au choix précédent. Une excellente sélection ! Les Jets semblent bénis des dieux avec des joueurs au potentiel extraordinaire qui leur glissent entre les mains, comme ce fut le cas avec Leonard Williams.

7. Chargers de Los Angeles

Mike Williams, receveur (Clemson) : Une bonne cible, un gros gabarit pour Philip Rivers, ce n’est pas de refus. Il devrait se rendre utile dans la zone des buts, notamment. Ses mains, telles un aspirateur, ont le don d’aller chercher le ballon dans les situations corsées. Aura-t-il la vitesse, cependant, pour distancer les demis de coin de la NFL? J’aime Williams, le joueur, mais les Chargers ne me semblaient pas mal nantis à cette position avec les Keenan Allen, Travis Benjamin et Tyrell Williams. Peut-être que les ennuis de santé répétés de Allen inquiètent l’état-major.

8. Panthers de la Caroline

Christian McCaffrey, porteur (Stanford): Préparez-vous à voir le pourcentage de passes complétées de Cam Newton grimper en flèche! Stanford amènera beaucoup de dynamisme à cette attaque et sur les unités spéciales. Je suis conscient que plusieurs craignent l’effet «Reggie Bush» dans le cas de McCaffrey, soit un porteur incapable de prendre le ballon à répétition dans les situations corsées. Possible, mais il demeure un joueur multidimensionnel qui donnera des maux de tête aux coordonnateurs défensifs.

9. Bengals de Cincinnati

John Ross, receveur (Washington) : Je ne suis pas de ceux qui croient que Ross n’est qu’un athlète qui joue au football. Je crois qu’il est plus complet que cette définition réductrice. Toutefois, une probable fragilité inquiète chez lui au niveau santé et est-ce vraiment un «fit» dans l’attaque des Bengals avec le bras modeste d’Andy Dalton? La défensive ne rajeunit pas et il aurait été préférable de la rajeunir, notamment sur le front, avec plusieurs bons espoirs disponibles.

10. Chiefs de Kansas City

Patrick Mahomes II, quart-arrière (Texas Tech) : Pas sûr, pas sûr, pas sûr... Les Chiefs sont considérés comme des prétendants sérieux dans l’AFC. Ils sont probablement à un ou deux ingrédients près de donner des sueurs froides aux Patriots. Pourquoi alors y aller vers un projet de développement à long terme, qui n’aidera en rien l’équipe dans l’immédiat? Je comprends que le plafond est élevé dans le cas de Mahomes, souvent comparé à Brett Favre pour son bras et son talent inédit d’improvisateur. D’accord, mais au 10e rang, quand il faut en plus céder son premier choix l’an prochain, c’est inapproprié.

11. Saints de la Nouvelle-Orléans

Marshon Lattimore, demi de coin (Ohio State) : Les Saints ont répété à plusieurs reprises qu’ils devaient impérativement s’attaquer à leur défensive suspecte et ils ne bluffaient pas. À leur rang, Lattimore semblait, de loin, la meilleure option disponible pour cesser de se faire bouffer éternellement par les attaques aériennes adverses. Un joueur qui semble tombé du ciel pour les Saints.

12. Texans de Houston

Deshaun Watson, quart-arrière (Clemson) : Les Texans ont payé le gros prix pour s’avancer, mais le besoin au poste de quart était criant. Tom Savage n’est certainement pas la solution à moyen et long terme. Avec une défensive à maturité comme celle des Texans, Watson pourra s’acclimater plus aisément aux rigueurs de la ligue sans que les succès de l’équipe ne reposent entièrement sur ses épaules. Les Texans ont payé, mais tant qu’à le faire, je préfère Watson à Mahomes. C’est là une évaluation bien personnelle. À noter toutefois, les Texans n’ont maintenant plus de choix lors des deux premières rondes du repêchage de 2018!

13. Cardinals de l’Arizona

Haason Reddick, secondeur (Temple) : Reddick est un battant qui pourrait devenir spectaculaire dans sa chasse aux quarts-arrières. J’aime beaucoup ce choix des Cardinals. Il y avait beaucoup d’espoirs de premier plan sur le front défensif et inévitablement, certains deviendront des échecs. Dans le cas de Reddick, ce serait étonnant.

14. Eagles de Philadelphie

Derek Barnett, ailier défensif (Tennessee) : Barnett a été extrêmement productif et surtout, constant lors de son passage avec les Vols, dans la NCAA. Il pourra apprendre de bons joueurs sur la ligne défensive des Eagles, mais ne devrait pas mettre de temps à s’imposer. Ce n’est pas la sélection la plus sexy, mais ça ne fait pas de Barnett un moins bon choix pour autant.

15. Colts d’Indianapolis

Malik Hooker, maraudeur (Ohio State) : Wow! En voilà qui a glissé beaucoup plus loin que la majorité des observateurs ne le pensait. Si vraiment Hooker excelle en couverture comme ce fut le cas à l’université, les Colts combleront une lacune évidente. C’était le choix à faire.

16. Ravens de Baltimore

Marlon Humphrey, demi de coin (Alabama) : Le véritable amour des Ravens, c’était Gareon Conley, soupçonné de viol. Ils l’aimaient au point qu’ils lui auraient demandé de passer au polygraphe pour assurer son innocence! Les Ravens se retrouvent avec un joueur qui ne risque pas de prison en Humphrey, mais il est moins complet que Conley.

17. Redskins de Washington

Jonathan Allen, plaqueur (Alabama) : Il a glissé pour une seule raison et c’est parce que ses ennuis de santé (épaule) ont effrayé plusieurs clubs. Sur la base du talent et de la production, il ne fait absolument aucun doute que les Skins pourraient bien avoir réalisé le vol de la première ronde.

18. Titans du Tennessee

Adoree’ Jackson, demi de coin (USC) : Sur le plan de l’athlétisme, il ne se fait pas beaucoup mieux que Jackson dans cette cuvée. Un joueur spectaculaire sur les retours, autant d’interceptions que de bottés. Chose certaine, il pourrait devenir utile aux Titans sur plusieurs facettes. Seul bémol, on dit qu’il est davantage un projet à polir qu’un joueur prêt à jouer à haut niveau dans l’immédiat. Les Titans, qui devraient lutter pour une place en séries, devront se montrer patients.

19. Buccaneers de Tampa Bay

OJ Howard, ailier rapproché (Alabama) : Il s’agit de l’une des meilleures sélections de ce repêchage, même si les Bucs semblaient avoir déniché un talent intéressant en Cameron Brate dans leur alignement à cette position. Jameis Winston lancera désormais le ballon à Howard, DeSean Jackson et Mike Evans, sans compter l’apport du porteur Doug Martin s’il demeure en santé. Qui dit mieux?

20. Broncos de Denver

Garett Bolles, bloqueur (Utah) : Dans l’art de respecter la logique et de choisir un joueur répondant au besoin le plus pressant, difficile de faire mieux que les Broncos. Bolles est un athlète sérieux et physique, qui devrait permettre de relancer le jeu au sol inconstant des Broncos, tout en assurant la protection des deux jeunes quarts-arrières.

21. Lions de Detroit

Jarrad Davis, secondeur (Florida) : Davis est extrêmement rapide, ce qui fait qu’il sera très utile à Detroit en couverture de passe. C’est une facette qui laissait à désirer, surtout depuis que DeAndre Levy a quitté le navire. Il ne faut toutefois pas s’attendre de ce type de joueur qu’il domine dans la colonne des sacs. Ce n’est pas son mandat.

22. Dolphins de Miami

Charles Harris, secondeur (Missouri) : Harris représente un choix intéressant pour les Dolphins, dans le contexte où Cameron Wake n’est plus une fleur du printemps et qu’il est pratiquement le seul capable d’appliquer la pression sur le quart-arrière. L’aide de Harris ne sera pas un luxe. Les Dolphins miseront sur l’un des bons fronts du circuit s’il se développe rapidement.

23. Giants de New York

Evan Engram, ailier rapproché (Mississippi) : Il n’y a pas à dire, Eli Manning ne pourra jamais se plaindre qu’il n’a pas suffisamment de cibles entre Odell Beckham, Sterling Shepard, Brandon Marshall et le nouveau venu, Engram. Tout un athlète, celui-là! Cependant, tout ce beau monde est mieux de se libérer vite parce que la ligne ne donnera pas beaucoup de temps à Manning. Elle est toujours aussi médiocre.

24. Raiders d’Oakland

Gareon Conley, demi de coin (Ohio State) : Ouf... que dire? Assurément le plus gros coup de dés de la soirée, compte tenu de l’enquête pour viol qui plane au-dessus de lui. Certains diront qu’au 24e rang, c’était une chance à prendre, mais que diront-ils s’il est enfermé dans quelques mois? En première ronde, il faut autant que possible des valeurs sûres. Cela dit, si Conley est lavé de tout soupçon, il peut évoluer autant à l’intérieur qu’à l’extérieur et les partisans l’adoreront.

25. Browns de Cleveland

Jabrill Peppers, maraudeur (Michigan) : Le couteau suisse du repêchage, qui peut jouer maraudeur, demi de coin, secondeur, retourneur de bottés et même à l’attaque. D’ailleurs, le pilote Hue Jackson a déjà confirmé qu’il lui trouverait un rôle occasionnel à l’attaque. S’il est utilisé avec créativité et qu’on lui laisse la liberté de jouer avec instinct, Peppers a le potentiel de devenir une super vedette.

26. Falcons d’Atlanta

Takkarist McKinley, secondeur (UCLA) : Pour le talent, aucun doute. Pour le potentiel n’ont plus, ni pour l’explosivité. Il est clair que le tandem avec Vic Beasley s’annonce aussi dangereux que productif. Toutefois, saura-t-il limiter ses excès d’émotions? Dès sa première entrevue, il a lancé un retentissant juron sur les ondes de NFL Network. Étrange, quand même, comme première impression...

27. Bills de Buffalo

Tre’Davious White, demi de coin (LSU) : Un besoin évident chez les Bills avec le départ de Stephon Gilmore en Nouvelle-Angleterre. Un joueur physique qui devrait cadrer dans la mentalité de Buffalo. Cependant, j’aurais aimé voir les Bills jeter leur dévolu sur David Njoku, l’ailier rapproché. Si l’on veut voir une fois pour toutes s’il y a quelque chose à faire avec Tyrod Taylor, il faut lui donner toutes les munitions.

28. Cowboys de Dallas

Taco Charlton, ailier défensif (Michigan) : Les Cowboys avaient un besoin évident à combler et pluieurs talents de qualité étaient déjà sortis. Charlton pourrait devenir un joueur solide, mais je doute qu’il se transforme en machine à sacs du quart. Sait-on jamais, toutefois, avec un gabarit de la sorte (6 pi 6 po, 277 lb).

29. Browns de Cleveland

Davod Njoku, ailier rapproché (Miami) : Les Browns ont complété leur trio de premiers choix avec brio, à mon humble avis. Njoku pourrait prendre un certain temps à développer pleinement son potentiel, mais il n’y a aucune urgence à Cleveland. J’ai apprécié de voir que les Browns n’ont pas cédé à la panique pour mettre la main sur un quart-arrière. Ils ont aussi accumulé un autre premier choix l’an prochain, dans une année qui justement, promet à cette position. Une première ronde convaincante pour les Bruns.

30. Steelers de Pittsburgh

TJ Watt, secondeur (Wisconsin) : Y a-t-il un joueur qui représentait mieux la mentalité de col bleu de Pittsburgh que le travailleur acharné qu’est TJ Watt? Sa mentalité et son moteur cadrent bien avec l’attitude de l’équipe. Reste à voir si la production sera au rendez-vous. Plusieurs choix de première ronde des Steelers dans les dernières années ont été utilisés au poste de secondeur.

31. 49ers de San Francisco

Reuben Foster, secondeur (Alabama) : Un potentiel grand coup des Niners! Sur la base du talent, Foster est un «top 10», mais un test de dopage dilué au «Combine» ainsi que des questionnements sur son épaule l’ont fait chuter vertigineusement au bas de la ronde initiale. Si vraiment les 49ers ont fait leurs devoirs et qu’il ne montre pas de pépins de santé, Foster aura des ailes sur le terrain et frappera ses rivaux sans la moindre pitié. Une potentielle bête!

32. Saints de la Nouvelle-Orléans

Ryan Ramczyk, bloqueur (Wisconsin) : Certains diront que les Saints devaient poursuivre leur travail de reconstruction en défensive, mais la valeur était trop belle pour être vraie au 32e rang. Ramzcyk pourra apprendre tranquillement derrière le vétéran Zach Strief avant de sauter dans la mêlée. Plusieurs le voyaient sortir au milieu de la première ronde.