/weekend
Navigation

Portrait d’un poète engagé

Raoûl Duguay
Editioins GRAM

Coup d'oeil sur cet article

Connu surtout pour sa chanson ­emblématique La bittt à Tibi, Raôul Duguay, un philosophe, un poète, un artiste engagé, a raconté 78 ans de vie et 50 ans de carrière à la psycho­sociologue Louise Thériault. Elle dresse un portrait coloré de cet artiste multidisciplinaire dans Raôul Duguay: L’arbre qui cache la forêt.

Par la plume de Louise Thériault, qui a signé la biographie de Serge Fiori il y a quelques années, Raôul Duguay ­raconte son enfance, de l’Acadie à l’Abitibi, son passage à l’orphelinat, son cours classique, son apprentissage de la peinture et du cinéma, l’Infonie, Alllô Toulmond, Ô ou l’Invisible Enfant, ­Riopelle, Les Légendes fantastiques... tout un parcours de créateur.

En entrevue, il parle avec enthousiasme de L’Arbre qui cache la forêt. «C’est 50 ans de carrière! Il y a tous les arts. Les trois grands chevaux de bataille que j’ai montés dans toute ma carrière, ça a été d’abord la défense de la langue ­française, la défense et la protection de l’environnement parce que j’ai été ­porteur d’eau pour la Coalition Eau ­Secours, et naturellement, la souve­raineté.»

Le travail de rencontres avec Louise Thériault a nécessité deux ans de ­travail. «Il fallait passer du théâtre au cinéma, du cinéma à la peinture, de la peinture à la sculpture, à la pédagogie, aux conférences, aux spectacles... ­Louise est très directe et très à l’écoute et j’ai répondu à toutes ses questions.»

«J’ai ajusté et complété des informations que seul j’avais. Pour couvrir 50 ans de carrière, si on veut être ­complet, ça prendrait deux ou trois livres. C’est un portrait plutôt qu’une biographie et le plus important, c’est le fait qu’à travers tout le travail qui a été fait, on dévoile la forêt, alors que Raôul est connu surtout pour l’arbre, qui est La bittt à Tibi. C’est mon seul hit ­vraiment important dans toute ma ­carrière.»

« D’autres dimensions »

Il fait remarquer que peu de gens ­savent qu’il a animé des ateliers de voix pendant des années, qu’il a donné des conférences dans les plus grandes ­entreprises du Québec en ressources humaines, comme philosophe surtout, qu’il a exposé ses toiles et ses ­sculptures.

«J’ai fait plusieurs pièces de théâtre, un long-métrage et j’ai joué dans une dizaine de films. Ça, c’est la forêt que peu de gens savent. Je pense que c’est l’avantage de ce livre de dévoiler d’autres dimensions, plus mon ­implication politique, car j’ai écrit beaucoup sur le sujet.»

Avec le recul, qu’est-ce qu’il considère comme son accomplissement le plus important? «Celui qui s’en vient. Quand on me demande quelle est la plus belle de mes toiles, je dis, celle que je vais faire. C’est quoi ma plus belle musique? Mon plus beau poème? Celui sur lequel je travaille ou bien celui que je vais faire. Parce que j’ai l’habitude de dire que je n’ai de mémoire que du futur. Ce qui m’intéresse, c’est ce qu’il y a en avant.»

♦ Raôul Duguay travaille présentement sur L’Étoile, un projet multi­média qui unifie peinture, sculpture, musique, philosophie et qui est basé sur les principes mathématiques.

♦ Raôul Duguay et Louise Thériault ­seront à la Librairie Laliberté (2360, chemin Sainte-Foy, à Québec) le 4 mai de 17 h à 19 h, pour des ­dédicaces.