/entertainment
Navigation

Intrigue palpitante au Vatican

JR Dos Santos
Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Journaliste, présentateur vedette de la télévision portugaise et auteur du best-seller international La formule de Dieu, J.R. Dos Santos fait une incursion magistrale dans les coulisses du Vatican et les secrets de trois grandes prophéties dans son nouveau thriller, Vaticanum.

Dos Santos s’est fait connaître avec la saga Tomas Noronha, traduite en 18 langues et vendue à plus de trois millions d’exemplaires dans le monde. Dans ce nouveau roman palpitant, richement documenté, il examine trois grandes prophéties annonçant la fin du pape et celle de l’Église catholique.

Son héros, l’historien Tomas Noronha, travaille dans la nécropole du Vatican à la recherche des ossements de saint Pierre lorsque le pape lui demande son aide pour enquêter sur un vol commis au cœur même de la Cité du Vatican. Des documents importants ont disparu... et les découvertes que fait l’historien et cryptanalyste mettent en cause des grandes figures du 20e siècle.

J.R. Dos Santos, rejoint à son domicile portugais quelques jours avant sa tournée québécoise, explique dans un français impeccable comment il s’est immergé dans l’histoire du Vatican pour écrire ce véritable «page-turner». «Tous mes romans ont ce côté de recherche très fort, car c’est vraiment ce que les lecteurs aiment: cette façon de raconter des choses vraies, en utilisant un roman, donc une façon plus agréable d’apprendre les choses. C’est un petit peu comme un reportage, puisque je suis un journaliste moi-même.»

Vulgarisation

Il souhaitait vulgariser et rendre accessibles «un tas d’informations» qui existaient déjà. «En Italie, on connaît très bien ces sujets. C’est amusant parce que mon éditeur portugais est catholique, et il a déjeuné avec un prêtre du Vatican. Il était un petit peu nerveux... Et le prêtre lui a dit: vous savez, le roman, tout ce qu’il dit, c’est vrai. C’est seulement la pointe de l’iceberg, seulement 10 % des choses! Il y a beaucoup plus que ça!»

Il ajoute qu’en effet, en écrivant Vaticanum, la seule difficulté était de choisir parmi un tas de choses étonnantes. Il aurait pu faire un bouquin de 1000 pages. «Vraiment, c’est tout un monde!»

Le journaliste et romancier s’est rendu à Rome pour visiter les lieux où se déroule l’action du livre et a également visité les anciennes cryptes situées sous la basilique, dont l’accès est restreint. «Si vos lecteurs veulent y aller, il faut faire une réservation trois mois d’avance.»

Faits réels

Son roman, en plus de poser une intrigue fascinante, est très riche en descriptions. Tous les faits historiques cités sont vrais. «Le point de départ de mes romans est toujours un sujet réel. Toutes les informations — scientifiques, historiques, politiques — sont réelles. Seulement, le scénario, l’intrigue sont fictifs. Si Tomas tombe amoureux, c’est fictif. [...] Ce que j’aime beaucoup, c’est prendre un sujet dont tout le monde a une idée quelconque et démontrer que l’idée qu’on a n’est pas vraie.»

Que pense-t-il des fameuses prophéties? «Elles sont vraies. Mais vont-elles se réaliser... c’est une autre chose! C’est très intéressant, car ce bouquin sortira en librairie le 27 avril (NDLR: l’entrevue a été faite le 19 avril) et je pense que le même jour, ou le jour suivant, le pape doit se rendre en Égypte, où il y a eu des attentats contre les églises chrétiennes. Évidemment, il y a beaucoup de nervosité et les questions de sécurité sont très sensibles.»

Qu’en pense-t-il? «C’est une curieuse coïncidence. Et l’État islamique a déjà fait plusieurs menaces contre le pape. [...] Il est une personne menacée et il le sait. [...] Dans ce sens, les prophéties nous troublent.»

  • J.R. Dos Santos sera en signature à la librairie Renaud-Bray de Place Laurier à Québec le mercredi 3 mai à 12 h.
  • Il sera en signature à la librairie Renaud-Bray de la rue Saint-Denis à Montréal le samedi 6 mai à 15 h.

EXTRAIT

«Une fois installé sur son siège, le souverain pontife posa les coudes sur le bureau et joignit les mains. Son expression changea complètement pour devenir très concentrée, comme si la question le ramenait aux affaires sérieuses qui avaient suscité cette réunion.

- Nous allons avoir besoin de votre aide, répondit-il. Nous nous trouvons face à un grave problème et, pour être sincère, je ne sais en qui je peux avoir confiance. Il se trouve que j’ai été informé, par hasard, que vous aviez été engagé par la Commission pontificale pour l’archéologie sacrée afin de travailler dans la nécropole et, me rappelant comment, il y a quelques années, vous aviez résolu le mystère de ce triste crime, j’ai interprété votre présence comme un signe de la divine providence. (Il se pencha, les yeux rivés sur son invité.) Seriez-vous, par hasard, disposé à nous aider, moi et la sainte Église?»

— J.R. Dos Santos, Vaticanum