/travel/destinations
Navigation

Savourer l’été au Parc national de la Pointe-Taillon

Saguenay-Lac- Saint-Jean

Coup d'oeil sur cet article

Camping, plage, vélo... trois ingrédients réunis pour savourer les plaisirs de l’été! Lors d’une escapade au Saguenay-Lac- Saint-Jean, c’est au parc national de la Pointe-Taillon que nous nous sommes arrêtés pour vivre ces petits bonheurs qu’offre la période estivale.

Un parc naturel de 97,5 km2 ancré sur les basses terres du Saguenay-Lac-Saint-Jean et bordé par les eaux de ce grand lac qu’on qualifie de mer intérieure. Cette année, le parc a agrandi ses limites. Il inclut maintenant une trentaine d’îles situées dans le secteur Saint-Gédéon et Alma. «Des îles rocheuses et paradisiaques de toutes les dimensions, sur lesquelles seront éventuellement installés des aménagements», nous informe le directeur du parc, François Guillot.

Un arrêt s’impose d’abord au centre de découvertes et de services pour planifier notre séjour. Allons-nous choisir le camping rustique ou bien le prêt-à-camper? Allons-nous faire du vélo ou de la randonnée? Opter pour le canot ou le kayak?

Dans le parc, six secteurs sont réservés au camping. Situés en bordure du lac Saint-Jean et de la rivière Péribonka, ces 85 sites de camping rustique ne sont pas accessibles en voiture. Tranquillité assurée! Il faut s’y rendre à pied ou à vélo. Il est possible de louer une remorque qu’on attache au vélo et transporter ainsi les bagages jusqu’au site de camping. «Ce qui est unique, dit François Guillot, c’est qu’on peut camper sur le bord d’un lac et avoir son bout de plage privé.» Les amateurs de camping qui préfèrent un peu plus de confort choisiront le prêt-à-camper dans l’une des 15 tentes Huttopia du parc.

Sur deux roues

Les fervents du vélo sont choyés au Parc national de la Pointe-Taillon. Un superbe sentier de 45 km (dont 16 km reliés à la Véloroute des bleuets) sillonne le territoire. Le sentier du parc longe le lac Saint-Jean et la rivière Péribonka et traverse les habitats naturels du castor et de l’orignal. Comme le sentier est plat, il est possible de faire tout le circuit en une journée. Et en mi-journée, pourquoi ne pas nous arrêter à la Pointe-Chevrette, située à l’extrémité de la pointe pour pique-niquer? Une petite navette nautique relie Pointe-Chevrette au village de Péribonka, qui se trouve juste en face. Cette municipalité de 500 habitants est connue par le célèbre roman Maria Chapdelaine de l’auteur Louis Hémon, à qui l’on a notamment consacré un petit musée. Et ceux qui cherchent vraiment la paix pourront prendre la navette et se rendre sur la petite île Bouliane pour y planter leur tente.

Nous avons oublié le vélo? Au centre de location, nous trouverons des vélos à notre convenance: pour adultes et enfants, vélos électriques, tandems ainsi que canots, kayaks et pédalos... Nous préférons la marche à pied? Qu’à cela ne tienne: le sentier est plat.

Et que dire de la magnifique plage qui borde le lac et dont on ne voit pas la fin? On dit que c’est la plage la plus longue et la plus sauvage du Lac Saint-Jean (15 km tout autour de la pointe). Des trottoirs de bois facilitent l’accès à la plage qui se trouve près de l’accueil. Cette plage est agrémentée de chaises et parasols fixes, d’une aire de jeux et de BBQ au charbon de bois...

Une belle façon de découvrir cette région et le parc de la Pointe-Taillon est de participer aux activités de découvertes en compagnie de garde-parcs tous plus passionnés les uns que les autres. On pourra ainsi connaître les origines du lac Saint-Jean, en savoir un peu plus sur la géomorphologie du parc, découvrir sa faune (le castor, l’orignal et les poissons du lac...), connaître l’histoire du village Sainte-Jeanne-d’Arc, un village de 300 personnes qui se trouvait à Pointe-Taillon et qui a été complètement inondé après la construction du barrage d’Isle-Maligne...

REPÈRES

Ouverture du parc au début juin

Gratuit pour les enfants de moins de 17 ans.

www.parcsquebec.com/pointetaillon
1-800-665-6527