/opinion/columnists
Navigation

L’arnaque du troisième lien

Coup d'oeil sur cet article

Qu’il passe à l’est ou à l’ouest, le troisième lien ne réglera pas les problèmes de congestion routière à Québec. Tenter de faire croire le contraire aux contribuables serait malhonnête et irresponsable.

C’est pourtant ce qu’essaient de faire depuis des mois, avec un certain succès d’ailleurs, de nombreux politiciens de la région de Québec: caquistes et libéraux, le député fédéral Steven Blaney et le maire de Lévis en font partie. Après avoir longtemps pris ses distances avec le projet, le maire de Québec a lui aussi fini par embarquer.

Les libéraux, qui ne veulent absolument pas laisser le terrain aux caquistes dans la région lors des prochaines élections, ont même poussé l’audace jusqu’à investir 20,5 M$ dans un bureau de projet pour le troisième lien, comme annoncé lors du budget du Québec en mars. Voici donc un exemple flagrant d’opportunisme politique. Après avoir laissé les faux espoirs et la désinformation circuler, on n’avait plus vraiment le choix d’aller au fond de la question. Alors, les libéraux se sont dit: tant qu’à y être, allons-y et étudions, à coups de millions, un projet sans fondement. Bravo!

Parfaite illusion

Or, il suffit de s’informer, de lire les nombreuses études sur le phénomène de la congestion routière et de parler à des experts pour constater qu’il s’agit d’une illusion. Pour constater que l’argument «de boucler la boucle» du réseau routier n’a pas de fondement. Comme je l’ai dit à quelques reprises sur les ondes de différentes stations de radio, au cours des dernières semaines, je mets au défi quiconque de me trouver un seul expert qui viendra affirmer qu’un troisième lien contribuerait à régler les problèmes de congestion.

À ces arguments, des supporteurs du projet m’ont déjà répliqué que le troisième lien contribuera au développement économique, là où il sera implanté, et que c’est aussi pour cette raison qu’on souhaite le faire.

Ce à quoi je réponds que ce n’est certainement pas dans l’optique d’assurer le développement économique des secteurs de Beauport et de l’est de Lévis que les gens souhaitent un troisième lien. Ils en ont plutôt marre d’être pris dans leur voiture matin et soir.

Coûts faramineux

Il faut rappeler que la construction d’un tel projet, qu’il s’agisse d’un pont ou d’un tunnel, impliquerait des investissements considérables, évalués jusqu’à maintenant entre trois et quatre milliards $, selon les différents scénarios possibles. Et, il est très rare de ne pas observer d’importants dépassements de coûts pour des projets d’une telle envergure.

Il est temps de dire la vérité aux contribuables, qui méritent mieux que de se faire prendre pour des valises parce qu’on tente d’acheter leur vote.