/news/education
Navigation

Québec encadrera l'école à la maison avec une loi

Le ministre de l’Éducation Sébastien Proulx.
Photo Simon Clark Le ministre de l’Éducation Sébastien Proulx.

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre de l’Éducation Sébastien Proulx a confirmé qu’il déposera «très bientôt» un projet de loi sur la fréquentation scolaire et pour encadrer l’école à la maison.

Le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, a confirmé qu’il déposera «très bientôt» un projet de loi sur la fréquentation scolaire pour encadrer l’école à la maison.

Le ministre de l’Éducation va déposer un projet de loi sur la fréquentation scolaire «sous peu». «Il y aura effectivement une part du projet de loi qui portera sur la scolarisation à la maison», a-t-il mentionné, dans le cadre de l’étude des crédits du ministère de la Famille.

Les établissements illégaux et sans papiers seront aussi encadrés. «Des mesures pour contrer l’illégalité», a dit le ministre, vendredi dernier, lors d’une de l’étude des crédits en culture et éducation.

« Certaines garanties »

«Ce projet de loi sera déposé à l’Assemblée nationale d’abord», a-t-il dit, alors que la députée de la Coalition Avenir Québec Sylvie D’Amours lui demandait ce qu’il pensait de l’école à la maison.

Le ministre souhaite que les parents qui appliquent l’école à la maison soient traités avec équité dans le milieu scolaire. «C’est un choix et c’est un droit», a-t-il mentionné.

Cependant, M. Proulx désire que la pratique soit encadrée convenablement. «Il faut avoir certaines garanties à l’effet qu’il y a bel et bien scolarisation.»

Plusieurs raisons

Il a d’ailleurs rappelé que de nombreuses raisons pouvaient obliger à ce que l’école soit donnée à la maison. Il mentionne notamment des raisons médicales, de travail ou de voyage.

«Il faut effectivement être en mesure de soutenir ceux qui font ce choix-là [...] sans juger», a relaté le ministre, indiquant également que des parents font ce choix sur une base volontaire, «pensant être de meilleurs pédagogues».

Au début avril, Le Journal révélait que le nombre d’enfants qui font l’école à la maison a plus que doublé en dix ans, passant de 800 à 2000.

À l’époque, le ministre de l’Éducation du Québec n’était pas en mesure de confirmer si les élèves qui font l’école à la maison reçoivent partout une éducation qui respecte un certain standard de qualité.