/finance/business
Navigation

Vin: la liste des meilleurs vendeurs à la SAQ en en épicerie

Coup d'oeil sur cet article

Le vin le plus vendu au Québec est le Red Revolution.

Des données compilées par la SAQ pour l’exercice 2016-2017 indiquent que le vin rouge californien Red Revolution se classe en tête de liste des vins les plus populaires chez les Québécois.

Depuis deux ans, il occupe le haut du classement au Québec et a détrôné un autre vin californien très populaire, le Folie à Deux Ménage à Trois.

Longtemps numéro un au Québec, ce dernier occupe maintenant le 32e rang des meilleurs vendeurs.

Le Red Revolution est un vin importé en vrac et embouteillé au Québec par la maison Constellation Brands. Ses ventes ont connu une forte croissance au cours des deux dernières années.

En mars 2015, le Red Revolution n’apparaissait même pas dans le palmarès des 50 meilleurs vendeurs de la SAQ.

Il est l’un des rares vins au Québec à se vendre autant dans les succursales du monopole d’État que dans le réseau des épiceries et des dépanneurs.

Dans ses magasins, la SAQ offre la bouteille du Red Revolution format 750 ml à 9,90 $ alors que le format d’un litre se vend 13,85 $ dans les épiceries.

Kim Crawford Sauvignon blanc

Dans le palmarès de la SAQ, on note également l’ascension du vin blanc Kim Crawford Sauvignon Blanc, de la Nouvelle-Zélande, dont la bouteille de 750 ml occupe maintenant le deuxième rang.

L’an dernier, le Kim Crawford occupait la troisième place des meilleurs vendeurs de la société d’État.

Les vins de Jessica Harnois courus

Lancés dans les épiceries et les dépanneurs il y a moins d’un an, les vins blancs et rouges Bù de la sommelière québécoise Jessica Harnois sont très courus. Ils occupent déjà les 22e et 23e rangs des vins les plus vendus.

Selon le site VinQuebec.com, la SAQ a écoulé 1,7 million de bouteilles des vins Bù de Jessica Harnois depuis leur lancement au Québec.

Outre les vins, les meilleurs vendeurs du côté des spiritueux ont été le rhum brun épicé Captain Morgan (1,14 litre), la crème irlandaise Baileys (1,14 litre) et la vodka Smirnoff (1,14 litre).

Des vins en vrac payants pour la SAQ

Les ventes de vins importés en vrac et embouteillés au Québec sont en forte progression à la SAQ. Et elles rapportent beaucoup d’argent.

Parmi les 10 meilleurs vendeurs dans les magasins de la SAQ et dans les épiceries, au moins cinq sont des vins importés en vrac.

Les données compilées par le site Wine by Numbers soulignent que le prix moyen payé (par les importateurs) pour un litre de vin en vrac importé au Canada au cours du premier semestre de 2016 s’est élevé à 93 cents (73 cents pour 750 ml).

«Les affaires sont très bonnes pour les importateurs et pour la SAQ lorsque l’on voit les prix payés par les consommateurs pour ces vins», signale le rédacteur en chef du site spécialisé VinQuebec.com, Marc-André Gagnon.

En 2015, le Québec a été le plus gros importateur de vins en vrac au Canada. La SAQ en a vendu 41 millions de litres aux épiceries et dépanneurs pour 327 millions $, d’après Wine by Numbers.

Sur les tablettes de la SAQ, on dénombre maintenant une cinquantaine de vins en vrac.

Rien sur les étiquettes

Or, la SAQ refuse toujours de fournir à ses clients sur les étiquettes des bouteilles de vins importés en vrac qu’il s’agit de vin en vrac, le nom d’origine du producteur, le type de cépage ou d’assemblage, le lieu de l’embouteillage, les taux de sulfite et de sucre.

L’an dernier, la SAQ a réalisé un profit net de 1,067 milliard $ (+3,2 %) sur des revenus de 3,07 milliards $.