/news/health
Navigation

Superclinique prise d’assaut

De nombreux patients de la capitale convergent vers MAclinique Lebourgneuf

Quebec
Photo Stevens LeBlanc «On y croit tellement à une meilleure accessibilité qu’on a décidé d’embarquer dans le projet», affirme la Dre Chantal Guimont (à gauche), en compagnie de deux associés de MAclinique Lebourgneuf, le Dr Raphaël Robitaille et Émilie Poulin.

Coup d'oeil sur cet article

Depuis son inauguration officielle, jeudi, la nouvelle superclinique MAclinique Lebourgneuf est littéralement prise d’assaut par des citoyens en quête d’un médecin de famille ou d’une consultation sans rendez-vous.

L’annonce relayée par les médias a tôt fait d’attirer les patients, signe d’un besoin évident dans la population. «Dès 18 h 30, jeudi, après les bulletins de nouvelles, on a vu affluer les gens», confirme la Dre Chantal Guimont, qui s’est investie avec cinq autres associés dans l’implantation de cette première superclinique à Québec.

Outre le GMF (Groupe de médecine familiale), MAclinique Lebourgneuf est en mesure d’accueillir quelque 150 personnes par jour à sa mini-urgence publique, qu’elles soient inscrites ou non auprès d’un médecin.

Les consultations sans rendez-vous sont accessibles de 8 h à 22 h, sept jours sur sept, une première en cabinet, à Québec. La Dre Guimont vise même atteindre 15 heures d’ouverture chaque jour, soit jusqu’à 105 heures d’accessibilité par semaine.

Bambins malades

En matinée, vendredi, les patients, dont plusieurs parents accompagnés de bambins malades, se présentaient en bon nombre au guichet de la mini-urgence.

On y retrouve notamment une salle d’observation, une salle d’allaitement et une salle de chirurgie mineure. La salle d’attente, éclairée par de larges fenêtres, et les fauteuils confortables rappellent davantage le hall d’un grand hôtel qu’un cabinet médical.

«Ce matin [vendredi], l’attente est d’une heure environ. On souhaite que cela soit le moins long possible, mais nous n’avons aucun contrôle sur la porte d’entrée», souligne la Dre Guimont, qui ne craint toutefois pas que la clinique soit victime de son trop grand succès.

Problèmes variés

Parmi les patients pris en charge au sans rendez-vous, les problèmes de santé sont variés, selon la Dre Guimont: sinusite, entorse à la cheville, thrombophlébite, douleurs thoraciques ou abdominales, pneumonie chez un enfant.

Les services de radiographie et d’échographie seront offerts vers la fin mai. Au cours des prochaines semaines, des médecins spécialistes se grefferont au GMF.

Lueur d’espoir pour les patients orphelins, au moins trois des médecins de famille de MAclinique étant de retour de région, ils seront en mesure de faire le plein de nouveaux patients au cours des prochains mois.

DES RÉACTIONS

« Lorsqu’on voit cet afflux de patients, on réalise à quel point les gens sont en détresse. »

— Dre Chantal Guimont, instigatrice et coassociée de MAclinique Lebourgneuf

« J’étais urgentologue au CHUL depuis 2001. J’ai quitté ce poste pour relever un défi de taille. C’est un deuil pour une naissance extraordinaire. »

— Dre Chantal Guimont

« Je suis en attente depuis deux ans d’avoir un médecin de famille. J’espère bien en trouver un ici. Cette superclinique, cela nous donne espoir. »

— Une patiente au sans rendez-vous, à MAclinique Lebourgneuf