/slsj
Navigation

La vie après avoir surmonté le cancer

Valérie Bouchard a participé au Rase-O-Thon Marie-Hélène Côté dimanche pour que d’autres puissent avoir la chance de participer aux activités de l’organisme Sur la pointe des pieds.
PHOTO STÉPHANE BOUCHARD ­ Valérie Bouchard a participé au Rase-O-Thon Marie-Hélène Côté dimanche pour que d’autres puissent avoir la chance de participer aux activités de l’organisme Sur la pointe des pieds.

Coup d'oeil sur cet article

Valérie Bouchard a 20 ans lorsqu’elle apprend qu’elle est atteinte d’un cancer. Des lymphomes progressent rapidement. Une semaine plus tard, ses traitements de chimiothérapie débutent. Aujourd’hui, elle veut souligner les difficultés qui surviennent après la guérison.

Même si elle était en rémission, la Saguenéenne Valérie Bouchard était détruite après ce qui venait de lui arriver. «Même quand on survit au cancer, ce qu’il reste de nous est un champ de bataille après la guerre.»

Pour se sentir mieux, peu de solutions s’offrent à elle.

«Des mines physiques et psychologiques étaient cachées partout en moi. On ne sait jamais quand on va tomber dessus», dit-elle.

C’est alors qu’une infirmière lui parle de groupes de discussion et lui propose de participer à une excursion thérapeutique.

Valérie Bouchard entre en contact avec la Fondation Sur la pointe des pieds. Elle participe à une expédition sur la rivière Magpie en 2016. Cette aventure en rafting dure une dizaine de jours. Se dépasser lui redonne confiance en elle.

Cette excursion lui permet aussi de se remettre en forme, physiquement et psychologiquement. Elle, qui a perdu de la masse musculaire pendant la chimiothérapie, refait fonctionner ses muscles pour la première fois.

Avec d’autres jeunes qui ont été atteints du cancer, Valérie se sent à nouveau normale, ordinaire.

«Ça fait vraiment du bien de fréquenter des personnes qui ne nous jugent pas et qui comprennent par où on est passé.»

Valérie Bouchard
PHOTO STÉPHANE BOUCHARD ­
Valérie Bouchard

RASE-O-THON

Cette année, Mme Bouchard a décidé de redonner à la fondation Sur la pointe des pieds. La fondation, dont une des activités de financement est le Rase-O-Thon Marie-Hélène Côté, a joué un rôle central dans sa rémission.

C’est pourquoi elle y a participé dimanche, en compagnie de son frère, Marc-Antoine. Il s’était déjà fait raser, lui aussi, par solidarité lors des traitements de Valérie et a répété l’expérience avec elle dimanche, malgré l’hésitation de la famille.

«Ça va être difficile pour mes parents de nous revoir sans cheveux. Ça va leur rappeler de mauvais souvenirs.»

En se faisant raser, Marc-Antoine et Valérie espèrent dédramatiser cet épisode et tourner la page définitivement sur la maladie.

144 000 $ amassés

Une cinquantaine de personnes se sont fait raser la tête et ont permis à la fondation Sur la pointe des pieds de récolter 144 000 $ dimanche, à l’aréna de Saint-Bruno.

Avec l’argent ramassé, la fondation a atteint son objectif qui était de dépasser le cap des 2 M$ recueillis depuis la création de l’événement caritatif en 2001.

Toutes sortes de personnes prennent part au Rase-O-Thon. Parmi eux, on retrouve des anciens participants des expéditions, des gens ayant des proches atteints du cancer, des gens le faisant par conviction personnelle, etc.

«Il y a autant de raisons de se faire raser qu’il y a de gens sur la scène», affirme Jean-Charles Fortin, directeur général de la fondation Sur la pointe des pieds.

Selon lui, «cet argent permet de changer la vie des jeunes atteints du cancer grâce aux aventures que nous leur faisons vivre.»

PRÉSIDENT D’HONNEUR

Stéphane Breton, vice-président régional de Desjardins pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean et président d’honneur du Rase-O-Thon 2017, dit avoir été touché par le témoignage de la participante Valérie Bouchard lors d’une rencontre organisée à Québec.

«Nous étions dix aujourd’hui de la Caisse à nous faire raser, par solidarité avec les personnes qui sont atteintes du cancer.»