/sports/baseball/capitales
Navigation

Jonathan Malo tourne difficilement la page

L’ancien joueur des Capitales est toujours en deuil de sa carrière au baseball

SPO-JONATHAN MALO VIDE SON CASIER
Photo Pierre Blais, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Croisé à l’ouverture du camp d’entraînement des Capitales de Québec, l’ancien porte-couleurs de l’équipe Jonathan Malo n’a visiblement pas complété le deuil de sa carrière de joueur de baseball. Le processus avance toutefois, puisqu’il a enfin vidé son casier.

Sac sur l’épaule, les mains plongées dans le casier et le visage nostalgique, Malo fait encore la démonstration de son amour pour le baseball avec peu de mots.

«À un moment donné, je pense qu’ils vont devoir m’expulser du vestiaire», image-t-il, lui qui promet d’être présent le plus possible dans l’entourage de l’équipe.

Il entend notamment donner un coup de main lors des entraînements et assister à quelques parties.

«On est bien d’accord avec ça, Jo est un bon gars que tout le monde aime», confirme l’entraîneur-chef Patrick Scalabrini.

Nouvelle vie

Clairement, Malo aurait adoré occuper un rôle hybride de «joueur strictement local». Il aurait ainsi pu continuer d’œuvrer sur le marché du travail de jour, comme c’est actuellement le cas. Son statut de vétéran a toutefois empêché toute discussion en ce sens.

«J’ai obtenu un emploi de représentant en pharmaceutique dans les derniers mois. C’était une occasion que je ne pouvais pas laisser passer», énonce Malo, qui au final, se retrouvera encore très souvent sur les terrains de balle cet été.

«Le propriétaire de l’entreprise possède aussi une équipe de balle donnée de haut calibre qui participe à de gros tournois. J’ai donc intégré l’équipe. Ça me fait un bel arrangement, surtout que la balle et le boulot sont liés de près», ajoute-t-il, spécifiant qu’il ne s’agit pas de «balle donnée de camping».

Si l’opportunité était incontournable, reste que s’il n’en tenait qu’à lui, Jonathan Malo serait encore un membre des Capitales.

Chaque fois qu’il aborde le sujet de sa retraite, il termine sa déclaration en ouvrant une porte. Une phrase qui commence généralement par «c’est sûr que si Pat a besoin...»

Et le «coach» n’exclut pas cette possibilité non plus.

Toutefois, une fois les émotions retombées, Malo reprend ses esprits et confirme que les amateurs ne doivent pas s’attendre à le voir de retour, à court, moyen ou long terme.

Plan compromis

Le plan des Capitales de Québec de se rendre à Trois-Rivières pour le camp d’entranement risque de tomber à l’eau, c’est le cas de le dire.

L’entraînement de lundi s’est pour sa part tenu à Expocité et chez Baseball 360, tel que prévu initialement.