/finance
Navigation

Perspectives économiques: 2,3 % de croissance cette année au Canada

bloc finances economie croissance
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

L’économie canadienne devrait progresser de 2,3 % cette année, selon le Conference Board du Canada, qui anticipe toutefois un taux de croissance inférieur à 2 % pour l’année 2018.

«L’économie canadienne s’est raffermie et a affiché des gains impressionnants en matière d’emploi depuis la deuxième moitié de l’année 2016», a déclaré Matthew Stewart, directeur, Prévisions nationales, au Conference Board du Canada.

«Mais bien que le portrait semble plutôt rose pour l’année à venir, il masque des faiblesses persistantes en ce qui concerne l’investissement des entreprises et le commerce extérieur, ce qui limitera la croissance au-delà de 2017», a précisé M. Stewart.

Cette année, ce seront les dépenses des ménages et du secteur public qui seront les principaux moteurs de la croissance économique.

Les dépenses de consommation devraient augmenter de 2 % cette année, puis s’affaiblir à partir de 2018, indique la note de conjoncture canadienne publiée par le Conference Board.

«Les salaires stagnent en termes de croissance réelle et le nombre moyen d’heures travaillées a diminué, explique-t-on. Les taux d’intérêt devraient également recommencer à monter à partir de 2018, faisant en sorte que les consommateurs auront du mal à maintenir le rythme actuel des dépenses.»

Le Conference Board table sur la création de 223 000 emplois en 2017, mais de seulement 166 000 l’an prochain.

Selon l’organisme de recherche, le manque d’investissement des entreprises demeure le maillon faible de l’économie canadienne.

L’investissement dans le secteur énergétique devrait s’améliorer, mais l’investissement des entreprises hors du secteur de l’énergie devrait diminuer pour la quatrième année consécutive.

Dans l’ensemble, les exportations canadiennes devraient croître de 2,1 % en 2017, mais dans le secteur non énergétique, la progression anticipée n’est que de 1,2 %.

Le Conference Board souligne que les prévisions en matière d’exportation comportent un risque à la baisse important en raison de l’éventualité de l’imposition de nouvelles mesures protectionnistes aux États-Unis.