/sports/baseball/capitales
Navigation

Des visages québécois dans l’abri des Capitales de Québec

SPO-CAPITALES DE QUÉBEC
Photo Pierre Blais, Agence QMI L’entraîneur Jean-Philippe Roy, le gérant Patrick Scalabrini et le lanceur Karl Gélinas font partie de l'édition 2017 des Capitales de Québec.

Coup d'oeil sur cet article

À défaut de pouvoir compter sur plusieurs éléments locaux sur le terrain cet été, les Capitales de Québec ont fait le plein dans le bureau des entraîneurs. Patrick Scalabrini, Jean-Philippe Roy et Karl Gélinas, ce dernier étant aussi lanceur, formeront donc le visage québécois des Caps en 2017.

Il ne faut pas oublier que plusieurs joueurs de position sont de retour cette saison, si bien que les gens auront des visages auxquels s’identifier. Historiquement, ces vétérans se sont souvent avérés être un autre genre de joueurs locaux. Pensez seulement à Geoffrey Tomlinson, qui était devenu un chouchou du public pendant son passage à Québec.

Tout de même, Gélinas est le seul vrai représentant de la province.

Situation temporaire

L’absence de Québécois dans la Ligue Can-Am et chez les Capitales est circonstancielle. Québec, Trois-Rivières et Ottawa se séparent maintenant le marché, ce qui n’était pas le cas auparavant. De plus, peu de joueurs d’ici ont atteint les rangs professionnels affiliés dans les dernières années, une conséquence de la période morose du baseball dans la province, au début des années 2000.

«La situation va s’améliorer dans quelques années», ont tour à tour répété Roy et Scalabrini, au cours des derniers mois, lorsque questionnés sur le sujet.

Une subvention

Faudra donc s’y faire, le visage local en 2017 sera celui du groupe d’entraîneurs.

«La bonne nouvelle, c’est que le gouvernement nous envoie une subvention pour engager JP!», lance Scalabrini au sujet de l’embauche de son nouvel adjoint.

«J’ai un droit d’auteur sur cette blague-là! Au moins, avec moi, le groupe de coachs est bien meilleur qu’avant», réplique aussitôt Roy, qui semble filer le parfait bonheur aux côtés de l’entraîneur-chef.

Faut dire que les deux hommes travaillent ensemble depuis des années dans le réseau scolaire et que leur complicité est connue.

«Tout le monde est vraiment compétent, reprend plus sérieusement Scalabrini, au sujet de son groupe d’entraîneurs. JP me complète tellement bien. Il est organisé, il est très alerte sur certaines choses pendant les matchs comme les défensives adverses et les coureurs. L’idée de base, c’est de combler les lacunes des autres.»

«Le premier contact a été très bon avec tout le monde. C’est plaisant de mettre des visages sur les statistiques qu’on a consultées depuis des mois», explique pour sa part Roy.

Gélinas conserve la responsabilité des lanceurs, tout en demeurant l’as de la rotation, alors que Jordan Lennerton complétera le quatuor. Il conseillera les frappeurs de l’équipe.