/news/green
Navigation

Une historienne tient Hydro-Québec responsable des inondations

Coup d'oeil sur cet article

L’historienne Russel-Aurore Bouchard a accordé une entrevue coup de poing, mardi, à Radio X 95,7 Saguenay. Mme Bouchard tient Hydro-Québec responsable des nombreuses inondations au Québec, «comme ce fut le cas en 1996».

Mme Bouchard prétend que la société d’État s’est débarrassée de toute responsabilité à partir du moment où la tragédie fut qualifiée de catastrophe naturelle. «Mais qui sont-ils pour dire qu’il s’agit d’une catastrophe naturelle?» a-t-elle scandé.

Lors des inondations de 1996 au Saguenay, l’historienne avait été poursuivie pour des propos incendiaires qu’elle avait tenus quant à la responsabilité d’Hydro-Québec face aux inondations. «Encore une fois, les plus gros dégâts d’eau sont dans les environs où il y a des barrages de retenue, où il y a des centrales électriques. Moi ce que je pense, c’est que le gouvernement du Québec, et Hydro Québec [...] n’ont pas retenu la leçon de 1996.»

Toujours selon l’historienne, Hydro-Québec risque de se prêter à une campagne d’information mensongère pour contrer les gens, comme elle, qui se lève contre eux. «Vous allez voir Hydro-Québec arriver avec des pseudo-spécialistes, très souvent bien rémunérés, pour venir nous dire le contraire. La première victime dans des cas comme ça, c’est la vérité.»

Dommages collatéraux

Russel-Aurore Bouchard est aller plus loin dans ses affirmations. Elle prétend que ces inondations auront des dommages collatéraux majeurs. «Il y a personne qui gagne d’un tel évènement. Il y a des gens qui vont mourir parce qu’ils vont avoir stressé, parce qu’ils vont avoir tout perdu, il y a des familles qui vont se disloquer, il y a des gens qui vont se suicider dans les mois qui suivent.»

Pour les citoyens, le retour à la vie normale sera très difficile d’après Mme Bouchard. «Ils [les différents paliers de gouvernements] ont déjà des grilles pour écarter le plus de gens qu’ils vont devoir indemniser.» Selon elle, toutes les infrastructures publiques comme les ponts, les systèmes d’égouts et les édifices gouvernementaux auront des remboursements prioritaires. «Et ceux qui ont les deux pieds dans l’eau, vont recevoir ce qu’il va rester» croit-elle.

Paiement fédéral

L’historienne croit qu’il va de soi que le gouvernement fédéral règle la facture pour l’intervention de l’armée, puisque les Québécois payent déjà pour l’armée via leurs taxes et impôts.

En 1996, le fédéral avait payé 80% de la facture totale qui s’élevait à 1,2 milliard. Or, Mme Bouchard croit que le scénario ne sera pas le même pour ces inondations, puisque les coûts finaux devraient être beaucoup plus élevés.

Hydro-Québec réagit

Le porte-parole d’Hydro-Québec, Louis-Olivier Batty, a réagi aux propos de Mme Bouchard. Selon lui, la société d’État a joué un rôle important de prévention, réduisant jusqu’à 40% la quantité d’eau dans certains secteurs.

M. Batty affirme que plusieurs employés d’Hydro-Québec travaillent 24 heures sur 24 depuis le début des inondations. Les mesures d’urgence auraient d’ailleurs été établies au début du mois d’avril.

En réaction aux propos de Mme Bouchard, le porte-parole d’Hydro-Québec croit qu’il est dangereux de créer un climat de peur comme le fait l’historienne. M. Batty croit qu’il est absurde de comparer les inondations de 1996 avec celles de 2017, puisque celles de 1996 avaient été causées par des pluies diluviennes au milieu du mois de juillet, alors que a société d’État n’avait à ce moment aucune installation permettant de contrôler le niveau de l’eau. «Mme Bouchard n’a visiblement pas une expertise en gestion de barrage» a-t-il ajouté.