/finance/business
Navigation

C’est la fin pour Angela Jones

L’entreprise cessera ses activités à la fin du mois de mai

Quebec
Photo d'archives Stevens LeBlanc L’atelier de couture, c’était toute la vie d’Angela Jones (photo) qui se faisait une fierté de fabriquer à Québec des maillots de bain de grande qualité.

Coup d'oeil sur cet article

La designer et manufacturière de maillots de bain de Québec, Angela Jones, ferme ses portes après 33 ans dans le milieu des affaires.

«C’est sûr que la conjoncture est difficile dans le commerce de détail. Ça fait depuis 2013 que c’est plus compliqué. On voit que les ventes baissent. Je devais prendre la relève, mais j’ai décidé que le jeu n’en valait pas la chandelle», a fait part sa fille Mélissa Jones.

La fermeture de la boutique de Place Ste-Foy est prévue le 22 mai prochain. Une vente de liquidation suivra à la boutique-atelier de la rue Cyrille-Duquet jusqu’au 29 mai.

La compagnie, qui affiche un passif de 325 999.99$, a déposé un avis d’intention de faire une proposition en vertu de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité. Les fruits de la liquidation seront redistribuées aux créanciers.

La fin d'une époque

«C’est difficile pour elle, car elle a travaillé fort toute sa vie. Elle s’est battue pour faire sa place dans un domaine vraiment dur. Fermer l'entreprise, c'est une grosse décision, mais il faut regarder la réalité en face», affirme Mélissa qui travaillait avec sa mère depuis 2002.

Les deux boutiques de Montréal ont déjà fermé leurs portes. En entrevue au Journal en 2014, Mme Jones avait partagé le sentiment de fierté qui l’habitait chaque fois qu'elle vendait un maillot, fabriqué ici-même à Québec.

Cette mère de quatre enfants, qui a élevé seule sa famille, était infirmière à l'origine. Elle avait raconté qu’il était devenu trop difficile de trouver une gardienne lorsqu’elle travaillait la nuit. De là, le désir de fonder son entreprise.

Ses créations étaient régulièrement présentées sur les podiums et ils faisaient souvent l’objet de reportage dans les magazines spécialisés.

Une quinzaine d’employés vont perdre leur emploi dont cinq couturières.