/news/society
Navigation

Traumatisme crânien: la seconde vie de l'ex-homme d'affaires Pierre Daigle

Traumatisme crânien: la seconde vie de l'ex-homme d'affaires Pierre Daigle
PHOTO STEVENS LEBLANC

Coup d'oeil sur cet article

Près de cinq ans après le traumatisme crânien subi lors d'un grave accident de vélo, l'ex-homme d'affaires de Québec, Pierre Daigle, est la preuve vivante que l'impossible peut devenir possible, comme il le souligne.

«J'ai dû réapprendre à marcher, à manger, à parler. J'ai perdu mon commerce (Lessard Bicycles) et ma maison. Mon père est décédé à 40 ans, alors que je n'avais que cinq ans. J'ai vu ma mère ne jamais baisser les bras. C'est le réflexe qui m'a soutenu», a exprimé, jeudi, M. Daigle, à l'occasion du lancement de sa biographie intitulée «Le virage du destin-Les deux vies de Pierre Daigle». L'ouvrage a été rédigé et édité par Gilles Levasseur.

Traumatisme crânien: la seconde vie de l'ex-homme d'affaires Pierre Daigle
PHOTO STEVENS LEBLANC

Outre son traumatisme cranio-cérébral majeur, M. Daigle souffrait de multiples fractures et autres blessures qui ont mis sa vie en danger et nécessité une longue réadaptation. «Sans l'expertise des équipes médicales et de réadaptation, de même que le soutien de mon épouse Élaine Anctil, je ne serais pas ici aujourd'hui. C'est à mon tour de donner au suivant», a déclaré M. Daigle.

En tant que vice-président de l'Association des traumatisés cranio-cérébraux (TCC) des Deux-Rives, il parcourt la province avec sa conjointe afin de donner des conférences sur la résilience et la réalité des TCC et des proches aidants.

Traumatisme crânien: la seconde vie de l'ex-homme d'affaires Pierre Daigle
Photo Stevens Leblanc

«Cela m'a pris deux ans avant d'accepter l'inacceptable», dit-il. Auparavant infatigable, Pierre Daigle doit aujourd'hui composer avec des séquelles permanentes qui l'empêchent de travailler plus que quelques heures par jour et qui l'ont privé de son permis de conduire.

Multiples deuils

Un drain qui va de son cerveau à l'urète permet d'éliminer le liquide rachidien. M. Daigle a séjourné un an à l'Institut de réadaptation en déficience physique de Québec (IRDPQ). Les traitements se sont suivis en externe durant une autre année.

Traumatisme crânien: la seconde vie de l'ex-homme d'affaires Pierre Daigle
Photo Stevens Leblanc

«Les traumatisés cranio-cérébraux ont de multiples deuils à faire. Les émotions passent par l'espoir de revenir comme avant à la prise de conscience que la vie ne sera plus comme avant. On trouve avec eux une autre façon de faire les choses au quotidien», a souligné la travailleuse sociale Paule Terreau, coordonnatrice clinique au programme TCC adultes à l'IRDPQ.

M. Daigle a notamment été initié à la musicothérapie. «Ma fille est violoniste. Lorsqu'elle a interprété la musique du film «Parfum de femme», c'est à ce moment que j'ai commencé à parler», a-t-il ajouté.

Couple soudé

Sa conjointe, Élaine Anctil a fait preuve d'un soutien indéfectible durant son long cheminement. Hier, elle a rendu un vibrant hommage à son mari. «Tu as démontré un acharnement et une détermination tellement motivante pour moi. C'est grâce à toi que j'ai tenu le coup. Depuis bientôt cinq ans, tu travailles fort pour donner un sens à ta vie.»

«Notre amour a été plus fort que tout. Le personnel de l'hôpital de l'Enfant-Jésus et de l'IRDPQ a toute ma reconnaissance pour son soutien total dans cette tourmente où j'ai dû apprivoiser à la dure mon rôle d'aidante naturelle. Je remercie la vie de nous donner cette deuxième chance que peu de gens ont», a déclaré Mme Anctil.

Pierre Daigle souhaite mettre sur pied une fondation ainsi qu'un défi-vélo, le Tour Pierre-Daigle, afin d'amasser des fonds au bénéfice des traumatisés cranio-cérébraux.