/news/politics
Navigation

Steven Blaney heureux d’avoir aidé à bloquer Maxime Bernier

L'ancien candidat à la direction du Parti Conservateur du Canada, Steven Blaney.
PHOTO D'ARCHIVES JEAN-FRANÇOIS DESGAGNÉS L'ancien candidat à la direction du Parti Conservateur du Canada, Steven Blaney.

Coup d'oeil sur cet article

Battu dans son propre patelin, le candidat dans la course à la direction du Parti conservateur du Canada, Steven Blaney, se console en saluant le «vote stratégique intelligent» des militants pour barrer la route à Maxime Bernier qui prônait l’abolition de la gestion de l’offre.

Farouchement en faveur du système agricole qui permet d’assurer un revenu stable aux fermiers, M. Blaney applaudit les électeurs de sa circonscription pour avoir voté en masse en faveur de l’éventuel vainqueur, Andrew Scheer.

«Ça a été un vote stratégique intelligent des gens de mon comté, en harmonie et en cohérence avec la position que j’ai défendue», a-t-il avancé dimanche, au lendemain du congrès à la direction du parti qui s’est tenu à Toronto au cours du week-end.

Andrew Scheer a remporté haut la main la circonscription chez les militants conservateurs de Bellechasse–Les Etchemins–Lévis représenté par M. Blaney depuis plus d’une décennie, avec 72 % des voix contre 28 % pour l’autre Québécois de la course, Maxime Bernier.

En vertu du processus de sélection d’un chef au Parti conservateur, les militants doivent classer les candidats sur leur bulletin de vote par ordre numérique en fonction de leurs préférences, et les résultats sont compilés pour chacune des circonscriptions. C’est ainsi que M. Scheer a pu remporter la circonscription de M. Blaney, de même que celle de Maxime Bernier, entre autres.

La forte mobilisation des agriculteurs du Québec pourrait d’ailleurs avoir coûté la victoire à M. Bernier, selon plusieurs observateurs.

Steven Blaney se félicite par ailleurs d’avoir contribué à faire de la gestion de l’offre un enjeu central de la course.

Lorsqu’il a été éliminé de la course au sixième tour du scrutin, samedi soir, l’ancien ministre des Anciens Combattants cumulait 37 % des suffrages dans son propre comté, loin derrière le nouveau chef du parti, Andrew Scheer (49 %).

«Bien que je ne partageais pas toutes ses idées, je respecte et félicite Maxime Bernier pour sa campagne propre d’idées», a tenu à dire M. Blaney.

Ce dernier admet toutefois que M. Scheer n’était pas son second choix sur le bulletin de vote qu’il a déposé dans l’urne, lui préférant la controversée candidate ontarienne Kellie Leitch.

Cette dernière s’est attiré les foudres de ses rivaux avec son projet d’imposer un test de valeurs canadiennes aux immigrants et visiteurs entrants au Canada.

«Elle a eu le courage d’aborder des sujets sensibles, selon M. Blaney. J’ai apprécié sa campagne.»

La confession n’est pas une grande surprise, puisque M. Blaney a lui aussi ramené sur le tapis la question identitaire lors de la course, en proposant de lancer le pays dans un vaste examen de conscience collectif sur l’identité canadienne.