/news/politics
Navigation

Grève dans la construction: la loi spéciale adoptée, retour au travail mercredi

L’alliance syndicale promet de contester la loi devant les tribunaux

Quelques milliers de travailleurs de la construction manifestent devant le Parlement de Québec.
Photo Didier Debusschere Quelques milliers de travailleurs de la construction manifestent devant le Parlement de Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Les députés de l’Assemblée nationale ont voté en faveur de l’adoption de la loi spéciale forçant le retour au travail des travailleurs de l’industrie de la construction au cours de la nuit de lundi à mardi, à Québec.
 
Le projet de loi 142 a été adopté à 76 voix contre 21. Les travailleurs devront donc être de retour sur les chantiers dès mercredi.
 
La pièce législative prévoit une hausse salariale de 1,8 % pour les salariés – moins que ce que les patrons offraient – jusqu’à ce qu’une nouvelle entente soit négociée. Une période de médiation s’étirera jusqu’à octobre 2017. Si le conflit perdure jusque-là, un arbitre déterminera les conditions des ouvriers en fonction de critères choisis par la ministre du Travail, Dominique Vien.

«L’arbitrage, vous le savez comme moi, ça comporte une dose d’incertitude et de nébulosité. Les parties devraient prendre cette période de négociation très au sérieux», a affirmé Mme Vien.

Une disposition contestée

Rapidement, l’alliance syndicale a fait savoir qu’elle contesterait cette loi «qui brise son levier ultime de négociation». Elle s’appuie sur l’arrêt Saskatchewan, une décision de la Cour suprême qui renforce le droit de grève.

«Dès qu’on a annoncé qu’on ferait la grève, Philippe Couillard a dit qu’il y aurait une loi spéciale», a dénoncé le porte-parole de l’Alliance, Michel Trépanier.

Il affirme également qu’à 18 mois des élections, les travailleurs se souviendront de cette loi qui s’ingère dans la mécanique d’arbitrage de façon «inacceptable» et, à son avis, au profit des patrons.

De leur côté, les groupes patronaux sont divisés: l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec «accueille favorablement la loi». L’Association pour entrepreneurs en construction (ACQ) dénonce pour sa part un «processus complexe qui vient limiter notre possibilité de négocier librement».

Pas de changement en profondeur

La loi du gouvernement Couillard stoppe une grève coûteuse, mais ne changera pas en profondeur le processus de négociation qui a mené à ce blocage et à celui de 2013.

Le premier ministre l’a pourtant qualifié de «vicié» en période de questions. Mme Vien en matinée a même été plus loin dans sa volonté de «casser» ce cercle vicieux des lois spéciales à répétition pour mettre fin aux grèves dans l’industrie privée de la construction.

C’est la deuxième loi spéciale déposée cette année pour régler un conflit de travail. En février, les juristes de l’État ont goûté à la recette.

Sur le même sujet