/investigations
Navigation

Éclaboussé par Radio-Canada: Couillard a voulu consoler son «ami» Marc-Yvan Côté

Le premier ministre Philippe Couillard
Photo Simon Clark Le premier ministre Philippe Couillard

Coup d'oeil sur cet article

Alors que Marc-Yvan Côté était éclaboussé par des allégations de financement politique illégal en 2012, Philippe Couillard a tenu à consoler l’organisateur libéral par courriel en l’invitant à venir «relaxer» à son domicile au Lac-Saint-Jean.

Un courriel consulté par notre Bureau d’enquête fait comprendre qu’il existait des liens plus étroits entre MM. Côté et Couillard que ceux décrits par ce dernier lors d’une mêlée de presse fin mars.

Les 11 et 12 avril 2012, Radio-Canada a diffusé des informations explosives concernant le financement politique. L'enquête, intitulée «Anguille sous Roche», soulevait de sérieuses questions sur l’intégrité du Parti libéral du Québec (PLQ) et ses liens avec la firme de génie-conseil Roche.

Un des témoins était Gilles Cloutier, ancien cadre chez Roche. Il soutenait entre autres que M. Côté, à titre de vice-président et consultant pour la même firme, avait participé à un système de dons politiques illégaux en échange de contrats.

Voici l’échange de 
courriels du 12 avril 2012 entre Philippe Couillard et Marc-Yvan Côté. Il faut le lire de bas en haut.
Courtoisie
Voici l’échange de courriels du 12 avril 2012 entre Philippe Couillard et Marc-Yvan Côté. Il faut le lire de bas en haut.

«Ne te gêne pas»

Dans les heures qui ont suivi la diffusion des premières informations de Radio-Canada, Philippe Couillard a cru bon envoyer un courriel (voir ci-haut) à Marc-Yvan Côté pour lui offrir son soutien. «J’ai essayé de t’appeler par ton cell afin de discuter des médias etc... Enfin, si tu as le goût d’en parler avec un ami et de “brainstormer” ne te gêne pas», écrit-il le 12 avril 2012, en prenant soin d'indiquer ses numéros de téléphone cellulaire et de bureau (que nous avons brouillés).

À cette époque, Philippe Couillard n’était pas encore revenu en politique; ce qu’il fera cinq mois plus tard, en septembre 2012. Il travaillait alors pour le fonds d'investissement Persistence Capital Partners.

Marc-Yvan Côté répond quelques heures après le premier courriel: «Philippe, Merci pour la prise de contact et le renouvellement de ton amitié. Cela me permet de passer [à travers] des moments difficiles. Je te téléphone la semaine prochaine. Salutations à Suzanne [Pilote, l'épouse de M. Couillard].»

Philippe Couillard invite alors le collecteur de fonds et organisateur politique à sa résidence à Saint-Félicien: «Parfait, any time. Et si tu veux monter au lac relaxer, la porte est ouverte!»

Nous ignorons si M. Côté s'est rendu ou non chez M. Couillard, le bureau du premier ministre ayant refusé de répondre à nos questions.

Controversé

Marc-Yvan Côté est notamment un ancien ministre libéral sous le gouvernement de Robert Bourassa. Il est toujours resté proche du PLQ à titre d’organisateur politique. En 2005, il a été banni du Parti libéral du Canada après avoir admis devant la commission Gomery avoir reçu 120 000 $ comptant en 1997 afin de rembourser des dépenses électorales de candidats.

Arrêté par l’UPAC en mars 2016, il est aujourd’hui accusé de fraude, d'abus de confiance et de corruption. M. Côté n’a pas rappelé Le Journal.

Ce que l'émission Enquête révélait

Extrait de l’émission du 12 avril 2012
Courtoisie
Extrait de l’émission du 12 avril 2012
  • Le reportage «Anguille sous Roche» révélait que la Sûreté du Québec avait enquêté sur l’octroi d’un contrat pour la réfection d’usine de traitement des eaux à Boisbriand.
  • L’entrepreneur en construction Lino Zambito et l'ancien organisateur politique et ex-vp au développement des affaires chez Roche, Gilles Cloutier, affirmaient que pour obtenir des contrats, il fallait financer les partis politiques en organisant des cocktails de financement et en utilisant des prête-noms.
  • «Marc-Yvan Côté était au courant», déclarait M. Cloutier à la journaliste Marie-Maude Denis. M. Côté était un haut dirigeant puis consultant chez Roche jusqu’en 2011. M. Cloutier lui envoyait ses factures pour les contributions politiques et autres avantages qu'il offrait aux élus. «J’ai fait une facture, Roche m’a payé puis j’ai changé le chèque et j’ai retiré le cash», déclarait-il.
  • Lors d’une perquisition chez Roche en 2010, la Sûreté du Québec avait découvert une lettre envoyée à M. Côté par un autre dirigeant de Roche concernant leur stratégie de développement des affaires. Les contributions politiques sont évoquées comme outil pour obtenir des contrats.

Une seule fois, disait le premier ministre

Questionné le 30 mars sur ses relations avec Marc-Yvan Côté, le premier ministre Philippe Couillard n'a jamais mentionné avoir invité chez lui l'ex-organisateur politique.

Lors d'une mêlée de presse, notre Bureau d'enquête lui avait demandé s’il avait eu des rapports avec M. Côté dans l’intervalle où il n’était plus en politique entre 2008 et 2012. «Je me souviens peut-être l’avoir croisé une fois à son souper-bénéfice d’une rivière de pêche, mais c’est tout. Sinon, non», avait-il répondu.

Le porte-parole du premier ministre, Charles Robert, a refusé de répondre à nos questions. Il a par contre déclaré ce qui suit: «Tout le monde sait que le traitement des “nouvelles” provenant de certains médias a pour but de ternir l'image du gouvernement, du PLQ et du premier ministre.»

«La manœuvre est d’autant plus retorse que l’information que vous soumettez à vos lecteurs ne fait état d’aucun geste répréhensible, immoral ou illégal.»

Il estime que la «situation» a déjà été abordée avec les médias dans le passé, ce qui ne justifiait pas de nouveaux commentaires. «C'est encore une fois une tentative grossière et tendancieuse pour conjuguer le passé au présent.»

Côté dit que Couillard l’a consulté

Marc-Yvan Côté s’est vanté à une militante libérale notoire d’avoir été consulté par Philippe Couillard en 2012 lorsque ce dernier réfléchissait à la possibilité de se lancer dans la course à la direction du Parti libéral.

Le 28 mai 2013, Philippe Couillard est chef du PLQ depuis moins de deux mois. La militante Lise Grondin a écrit à son ami M. Côté pour lui faire part de son inquiétude au sujet des attaques du PQ concernant les liens d’amitié de M. Couillard et le controversé Arthur Porter, ancien directeur général du Centre universitaire de santé McGill.

M. Côté lui répond: «Pour Philippe, il me semble que c’est le seul vrai écueil à l’horizon [...] Lorsque Philippe m’a téléphoné avant de prendre sa décision, je lui avais dit que Porter serait un os. Il m’avait dit qu’il y avait rien qui le concernait.»