/world/europe
Navigation

Perquisitions en France: 14 choses à savoir sur la «drogue des djihadistes»

Perquisitions en France: 14 choses à savoir sur la «drogue des djihadistes»
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les autorités françaises ont annoncé mardi avoir saisi, en janvier et février derniers, deux cargaisons de captagon, aussi appelée la «drogue des djihadistes». Les convoits pesaient près de 130 kg, soit 750 000 comprimés.

D'après les autorités locales, la valeur des chargements interceptés par les douaniers français est estimée à 1,5 million d’euros (2,3 millions $) sur le marché noir.

Les deux cargaisons étaient en provenance du Liban. L’une devait se rendre en Arabie Saoudite, et l’autre en Afrique.

Selon le rapport des douanes françaises, les comprimés avaient été cachés dans les parois des moules industriels pesant plus de 700 kg. Devant utiliser des outils industriels afin de défaire les moules, les autorités ont mis plus de trois heures afin d’atteindre le captagon.

 

Le département des douanes françaises a d’ailleurs publié une vidéo démontrant la complexité du processus.

 


Question d’en apprendre davantage sur cette drogue qui secoue le monde arabe, voici 14 choses à savoir sur le captagon, la «drogue des djihadistes».

(Selon Sciences et Avenir, Europe1 et Jean-Pol Tassin, directeur de recherche à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale français.)


1- Elle a été créé en 1961.

 

2- Est un stimulant, au même titre que la métamphétamine et l’ecstasy (MDMA).

 

3 - Elle a déjà été prescrite contre la narcolepsie et l’hyperactivité, car en quantité modérée, elle stimule la production de dopamine et améliore la concentration.

 

4 - Ses principaux effets sont la résistance à la fatigue, une vigilance accrue et une perte de jugement. Celui qui le consomme se sent tout puissant.

 

5- Seifeddine Rezgui, l’auteur d’un attentat qui a fait 39 morts en 2015 en Tunisie, avait consommé cette drogue avant d’ouvrir le feu sur des touristes. Rezgui riait après avoir commis cette atrocité.

 

6- La médiatisation de cette drogue a eu un effet pervers, puisque sa consommation et sa vente ont augmenté.

 

7- Une fois sous l’effet de cette drogue, on ne ressent plus la douleur.

 

8- Jusqu’à tout récemment, cette drogue était principalement produite au Liban, mais la production se serait déplacée en Syrie.

 

9- Elle a été décrite comme une «arme redoutable face aux pressions».

 

10- Elle a été utilisée dans les années 60 et 70 par des cyclistes professionnels pour ses propriétés dopantes.

 

11- Les djihadistes ne seraient pas les plus grands consommateurs. Ils seraient plutôt les vendeurs de cette drogue, qui serait une grande source de revenu leur permettant d’acheter des armes.

 

12- Elle peut créer de graves effets secondaires comme la dépression et des lésions cardiaques.

 

13- Elle est sous le contrôle de l’Organisation mondiale de la santé depuis 1986.

 

14- Les comprimés se vendent entre 5 et 20$ l’unité.