/news/health
Navigation

Saint-Siméon déploie la grande séduction pour attirer un médecin

Coup d'oeil sur cet article

Privée de son seul médecin depuis la mi-mars, la petite municipalité de Saint-Siméon, dans Charlevoix-est, déploie la grande séduction afin d’attirer un nouveau praticien.

«Le Dr Eric Gagné, qui est le propriétaire de la clinique médicale de Saint-Siméon, souffre malheureusement d’une maladie grave. On sent qu’il ne reviendra pas exercer à temps plein. Je mise sur le fait qu’un médecin pourrait préférer vivre l’expérience d’une médecine en milieu rural plutôt que d’être avec 25 collègues en GMF (Groupe de médecine familiale)», affirme le maire de Saint-Siméon, Sylvain Tremblay.

La municipalité est prête à se porter acquéreur de la clinique médicale, afin d’offrir au nouveau venu un environnement de pratique clé en main. M. Tremblay veut joindre les médecins de la région de Québec, afin de voir si quelqu’un serait intéressé.

Autre réalité

«Le problème, c’est qu’on fait partie de la région de la Capitale-Nationale qui n’a pratiquement pas droit à de nouveaux finissants, alors que notre réalité est tout autre qu’à Québec», soulève M. Tremblay.

Le Dr Gagné comptaient près de 800 patients, en plus du suivi des aînés hébergés au CHSLD de Saint-Siméon. Il voyait également des patients à Baie-Sainte-Catherine, une journée par semaine. L’Hôpital de La Malbaie est situé à 25 minutes de route.

Enjeu majeur

«Des médecins du GMF de La Malbaie et de Clermont assurent pour le moment le suivi des patients du Dr Gagné, mais ils n’ont pas la capacité de prendre en charge tous ces gens. On s’est battus plusieurs fois pour garder ouvert notre CHSLD avec un point de service du CLSC. Nous avons une pharmacie de proximité qu’on tient à garder, d’où l’importance d’avoir un médecin sur place», fait valoir M. Tremblay, qui est également préfet de la MRC de Charlevoix.

Villégiature

Saint-Siméon est en outre un lieu de villégiature. Entre 300 000 et 400 000 touristes sont de passage pour l’observation des baleines. Chaque année, quelque 180 000 personnes font la traversée Saint-Siméon/Rivière-du-Loup, signale le maire.

Il en va de la vitalité de sa localité de pouvoir convaincre un médecin de s’y établir, dit-il