/news/society
Navigation

Les Augustines veulent rester dans leur monastère

Elles ne comptent pas déménager comme l'ont annoncé récemment les Ursulines

Sœur Berthe est responsable des religieuses qui vivent toujours au monastère des Augustines.
Photo DIDIER DEBUSSCHERE Sœur Berthe est responsable des religieuses qui vivent toujours au monastère des Augustines.

Coup d'oeil sur cet article

Contrairement aux sœurs Ursulines, qui vont déménager de leurs locaux patrimoniaux l’automne prochain, les Augustines comptent quant à elle rester dans leur monastère «tant et aussi longtemps qu’il y aura des personnes autonomes».

Les douze sœurs qui demeurent encore dans les murs du monastère des Augustines ont été «très surprises» d’apprendre l’annonce du départ des Ursulines, qu’elles surnomment «leurs cousines». «Nous n’en avions pas entendu parler, mais je me suis dit que ce sont des personnes sérieuses, qui ont vraiment réfléchi avant de prendre cette option-là», indiquait sœur Berthe Lemay, la directrice de la petite communauté, voisine de l’Hôtel-Dieu de Québec.

Près des malades

Même si la plupart ont au moins 80 ans, les sœurs Augustines veulent rester «le plus longtemps possible près des malades», alors qu’elles sont plusieurs, encore aujourd’hui, à se rendre régulièrement du côté de l’Hôtel-Dieu, pour «les écouter et les réconforter». Lorsque le temps viendra, ce qui ne sera pas «dans les prochaines années», selon sœur Berthe, elles déménageront au centre d’hébergement de l'Hôpital Général de Québec, situé sur le boulevard Langelier, où elles rejoindront les 25 autres soeurs Augustines qui y demeurent.

Présence encore valable

«C’est notre vocation et je pense qu’on a encore à donner ici. Notre présence est encore valable et appréciée d’après ce que je peux voir», mentionne la religieuse de 79 ans, qui aura œuvré en tant qu’infirmière pendant une trentaine d’années.

Selon sœur Berthe, de nombreux visiteurs du Monastère demandent encore à rencontrer une religieuse pour diverses raisons. «On nous demande souvent des rendez-vous. Des personnes nous demandent de prier pour elles, parce qu’elles vivent des situations difficiles, comme des séparations, un enfant qui prend de la drogue ou un enfant handicapé qu’il faut s’occuper», énumère la religieuse qui, avec ses 11 sœurs, prient matin et soir à la petite chapelle du monastère, le seul endroit qui n’aura pas été désacralisé lors des travaux de reconversion en hôtel en 2013. «Nous voulons garder cet esprit-là le plus longtemps possible», ajoute-t-elle.

La cinquantaine de sœurs Ursulines quittera ainsi le monastère du Vieux-Québec fondé en 1639 pour déménager dans une résidence privée de Beauport l’automne prochain.

Au Québec depuis 1639

  • 12 sœurs Augustines demeurent toujours au monastère, voisin de l’Hôtel-Dieu-de-Québec.
  • Lorsqu’elles ne seront plus autonomes, elles déménageront au centre d’hébergement de l’Hopital Général de Québec, où 25 autres sœurs Augustines y vivent.
  • Venues de Dieppe en même temps que les Ursulines, les Augustines sont débarqué en Nouvelle-France en 1639 pour construire un hôpital.
  • Des 12 monastères fondés par les Augustines au fil du temps, 6 sont toujours actifs : 3 à Québec, 1 à Chicoutimi. 1 à Dolbeau et 1 à Roberval